Crimes contre l’humanité, crimes de guerre

    Centrafrique: douze plans de paix en dix ans et encore la guerre
    20.09.17
    Pierre Hazan

    Depuis dix ans, la Centrafrique a connu une douzaine de plans de paix. Aucun d’entre eux n’a jamais été appliqué. Retour et analyse sur des échecs en série, alors que des proches des groupes armés viennent de faire leur entrée au gouvernement. Cette main tendue par le chef de l’Etat « au nom de la réconciliation nationale » intervient alors Stephen O’Brien, sous-Secrétaire Général de l’ONU en charge des affaires humanitaires, a mis en garde que « les risques avant-coureurs d’un génocide en Centrafrique sont là ». La Centrafrique, serial killer des plans de paix ? Le constat est vite fait :...

    Lire la suite
    Le calvaire oublié des Tutsis du Congo
    13.09.17
    Emmanuel Sehene Ruvugiro, à Kigali

    Souvent considérés comme des envahisseurs par d’autres groupes ethniques de l’est de la République démocratique du Congo (RDC), les Tutsis du Nord-Kivu et les Banyamulenge du Sud-Kivu qui leur sont assimilés ont vu leur calvaire se poursuivre, ces dernières années, au Rwanda et au Burundi, où certains d’entre eux avaient cherché refuge. Le 13 août 2004, près de 200 Banyamulenge étaient ainsi sauvagement tués, lors de l’attaque de leur camp de réfugiés de Gatumba, au Burundi, près de la frontière avec la RDC.Certains des survivants se réfugièrent au Rwanda. Le lendemain, le carnage fut...

    Lire la suite
    Centrafrique : un leurre de désarmement
    12.09.17
    Ephrem Rugiririza, avec Hippolyte Marboua de Radio Ndeke Luka à Bangui

     En Centrafrique, des civils sans défense continuent de tomber sous les balles des groupes armés alors que le gouvernement réceptionne quelques fusils restitués par des ex-combattants dans le cadre d’un programme peu convaincant de désarmement et de démobilisation.  Après maints atermoiements, le président Faustin Archange Touadera a procédé le 30 août au lancement officiel de la phase pilote du processus de Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR). « Pour mieux aborder les activités du programme national DDRR, la stratégie que j’ai instruite est de démarrer par...

    Lire la suite
    Crier au « génocide » en Centrafrique ou l’aveu d’impuissance des Nations unies
    12.09.17
    Pierre Hazan

    Quand faut-il crier au génocide ? Les Nations unies ont-elles eu raison d’alerter ces derniers jours sur l’imminence d’une logique génocidaire en Centrafrique ? En convoquant trop hâtivement « le crime des crimes », n’y a-t-il pas un risque de dévaloriser le terme de « génocide » au risque qu’il perde sa capacité d’alerte ? En août dernier, Stephen O’Brien, Secrétaire général-adjoint de l’ONU, en charge des affaires humanitaires a averti le Conseil de sécurité de l’ONU « des signes avant-coureurs d’un génocide en Centrafrique ». Il fut alors critiqué pour son alarmisme exagéré par la...

    Lire la suite
     
    Mali: accusée de « meurtres extrajudiciaires », l’armée exige « des preuves »
    11.09.17
    Issa Fakaba Sissoko, à Bamako

    Gravement mises en cause par l’organisation Human Rights Watch (HRW), les Forces armées maliennes (FAMA) protestent de leur innocence et exigent « des preuves irréfutables ». Selon un rapport publié la semaine dernière par HRW, des éléments de l’armée malienne ont commis des « meurtres extra-judiciaires » au cours d’opérations militaires depuis 2016 contre les groupes djihadistes, notamment dans le centre du pays. L’organisation affirme ainsi avoir découvert, à Mopti et Ségou, des fosses communes attribuées aux troupes gouvernementales.  « Il s’agit d’allégations mensongères dont...

    Lire la suite
    Mali : L'armée accusée de meurtres et de tortures par HRW
    08.09.17
    HRW

    Des troupes du Mali et du Burkina Faso se sont livrées à des meurtres, des disparitions forcées et des actes de torture Les opérations militaires menées par les forces armées du Mali et du Burkina Faso afin de contrer la présence croissante de groupes armés islamistes dans le centre du Mali ont occasionné de graves violations des droits humains. Depuis la fin de 2016, les forces maliennes se sont livrées à des meurtres extrajudiciaires, à des disparitions forcées, à des actes de torture et à des arrestations arbitraires à l'encontre d'hommes accusés de soutenir les groupes armés...

    Lire la suite
    Après avoir fait juger l’ex-dictateur tchadien, Reed Brody se met en chasse de Yahya Jammeh
    30.08.17
    Pierre Hazan

    Avocat des droits de l’homme, Reed Brody s’était fait connaître par son soutien auprès des victimes du général Pinochet et de l’ex-dictateur de Haïti, surnommé « Baby doc », Jean-Claude Duvalier. Plus récemment, Reed Brody avait été le conseil des victimes de l’ex-tyran tchadien, Hissène Habré, lesquels finirent par le faire condamner à perpétuité par les Chambres africaines extraordinaires, après une interminable traque. Aujourd’hui, de retour à Human Rights Watch après une courte parenthèse de quelques mois, Reed Brody prête son concours aux victimes gambiennes de Yahya Jammeh pour...

    Lire la suite
    Ventes d’armes et art : "un musée n'est pas un tribunal"
    24.08.17
    Jean-Michel Saussois

    Lausanne, Fondation de l’Hermitage ; cinquante-cinq œuvres provenant de la collection Bührle sont présentées sur deux étages dans une superbe maison du XIXe siècle surplombant le lac Léman. Cette maison me fait penser à celle de la famille Frick, devenue maison/musée au bord de la cinquième avenue à New York. La Frick Collection m’a toujours fait associer l’art au fric ou le fric à l’art, une association facile, j’en conviens, mais une association qui fait sens ; exposer la relation entre l’art et l’argent n’est pas chose si commune et la fondation Bührle montre en toute transparence le...

    Lire la suite
     
    France/Syrie : questions sur un réglement du conflit
    22.08.17
    Nicolas Tenzer

    La politique de la France en Syrie ne peut être gouvernée que par quatre objectifs à moyen terme.   Le premier est la fin de la guerre d’extermination qui y est conduite, tant par le régime d’Assad que par les groupes terroristes islamistes. La deuxième est l’atténuation de la menace terroriste pour l’Occident, liée tant à l’existence de foyers extrémistes qui le menacent directement (État islamique, groupes liés à Al-Qaeda), qu’aux massacres commis par le régime. Cette menace n’est pas qu’à court terme, mais bien à moyen et long termes : l’absence d’intervention de l’Occident...

    Lire la suite
    Centrafrique : « Jamais le danger d'une explosion nationale n'a été aussi grand »
    09.08.17
    Ephrem Rugiririza, JusticeInfo.Net

    Juriste et ex conseiller à l’ambassade de France en Centrafrique, Didier Niewiadowski décrypte, dans un entretien avec JusticeInfo, la situation actuelle en Centrafrique où plusieurs dizaines de personnes ont été tuées lors de récents combats entre groupes armés. L’ancien diplomate français s’accorde avec les Nations unies que « le danger d’une explosion nationale n’a jamais été aussi grand »  dans ce pays. Il ne voit cependant pas, à ce stade, de signes précurseurs d’un génocide. Partagez-vous le constat du secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, Stephen...

    Lire la suite
    Syrie : les leçons de la démission de Carla Del Ponte
    08.08.17
    Pierre Hazan

    Les criminels aiment l'obscurité pour commettre leur méfait. C'est l'un des présupposés qui veut que pour combattre le crime, la justice doit être vue en train d'être rendue. Ainsi, métaphoriquement, le bien triomphe du mal, et la lumière de l'obscurité. Dans la vie internationale, cette conviction s'est souvent matérialisée par la volonté d'exposer publiquement les exactions commises par des criminels de guerre afin de les rendre honteux et partant, infréquentables. Cette approche du "naming and shaming" était la raison d'être des Commissions d'enquête des Nations unies et la...

    Lire la suite
    En Tunisie, un concours d'images contre la torture
    07.08.17
    Olfa Belhassine

     « Nebras », l'Institut tunisien de réhabilitation des survivants de la torture vient de sélectionner quatre équipes de jeunes cinéastes qui produiront des scénarios contre la torture. Le concours en question a été lancé, à la veille de la Journée internationale de soutien des victimes de la torture, le 26 juin dernier. « Nebras » (lanterne en arabe), cherche, en traitant les traumatismes des rescapés de cette atteinte grave aux droits de l'homme, selon un protocole qui soigne le corps et l'esprit, à illuminer leur chemin. Inaugurée en décembre 2014, cette organisation non gouvernementale...

    Lire la suite
     
    Côte d’Ivoire : Plaidoyer pour la prise en charge des femmes violées lors de la crise de 2010-2011
    04.08.17
    Murielle Edoua, à Abidjan

     Parmi les crimes perpétrés lors des violences post-électorales de 2010-2011 en Côte d'Ivoire, figurent des viols. Des crimes dont on ne parle pas souvent, des crimes que même certaines victimes n’osent pas dénoncer dans la société ivoirienne. L'Organisation des femmes actives de Côte-d’Ivoire (OFACI) a recensé au moins 71 cas de viols commis durant cette période.   A l’heure du débat sur la réparation, la présidente de l’OFACI, Fanta Doumbia, suggère d’abord une prise en charge psychologique et médicale des victimes avant leur indemnisation. Fanta Doumbia est interrogée par Murielle...

    Lire la suite
    La semaine de la justice transitionnelle : l’épineuse question de la réparation
    30.07.17
    Ephrem Rugiririza, JusticeInfo.Net

     Pas de justice sans réparation. Cela est encore plus vrai lorsqu’il s’agit de crimes internationaux. Mais les modalités de réparation posent encore problème, que ce soit devant la Cour pénale internationale (CPI) ou dans les systèmes nationaux de justice transitionnelle, comme en Côte d’Ivoire. Il y a plus de trois ans, la CPI condamnait à 12 ans de prison l’ex-milicien Germain Katanga, reconnu coupable de complicité de crimes contre l’humanité et crimes de guerre pour le massacre du 24 février 2003 dans le village de Bogoro, en Ituri. Le 24 mars 2017, les juges avaient évalué à 3,75...

    Lire la suite
    RDC: reddition d'un chef de guerre poursuivi pour "crime contre l'humanité"
    26.07.17
    AFP

    Les Nations unies ont annoncé mercredi en République démocratique du Congo la reddition d'un chef rebelle, Sheka Ntabo Ntaberi, poursuivi pour crime contre l'humanité et viols massifs avec sa milice en 2010 dans l'est du pays ravagé par les affrontements. Sheka "s'est rendu aujourd'hui à Mutongo", dans le Nord-Kivu, auprès des Casques bleus de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco), a déclaré à l'AFP Fabienne Pompey, sa porte-parole. "Il a été transféré à Goma" et est "toujours entre les mains des Casques bleus", a-t-elle précisé, ajoutant que Sheka était le seul milicien à se...

    Lire la suite
    La semaine de la justice transitionnelle : malgré les défis, la justice internationale est une réalité
    23.07.17
    Ephrem Rugiririza, JusticeInfo.Net

    La semaine qui s’achève a débuté par un anniversaire : la Journée de la justice pénale internationale. En dépit des critiques - fondées ou infondées - dont elle continue de faire l’objet, malgré les nombreux défis qu’elle doit encore relever, la justice pénale internationale restera, dans l’histoire de l’Humanité, comme l’une des révolutions les plus marquantes du siècle dernier. Des audiences, décisions et requêtes de cette semaine à travers le monde l’illustrent. Parmi ces événements, on retiendra que Laurent Gbagbo, l’ex-président ivoirien, a comparu mercredi devant la Cour pénale...

    Lire la suite
     
    CPI : La chambre d’appel ordonne le réexamen de la demande de libération de Laurent Gbagbo
    20.07.17
    Stéphanie Maupas, La Haye, Correspondance

    La chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé aux juges de première instance de revoir leur copie et de préciser notamment si l’ancien président ivoirien est jugé dans des délais raisonnables. Laurent Gbagbo restera donc en détention jusqu’à nouvel ordre. Cette décision place la longueur de la détention préventive au cœur des débats. Laurent Gbagbo est retourné dans la prison de la Cour pénale internationale (CPI) mercredi 19 juillet en fin de journée et restera en détention jusqu’à nouvel ordre. Mais les juges d’appel ont demandé une révision de la décision prise...

    Lire la suite
    Tunisie : de "faux martyrs" de la Révolution recrutés comme fonctionnaires
    13.07.17
    Olfa Belhassine

    Le dernier rapport de la Cour des comptes vient d’épingler le ministère de l’Education Nationale et le ministère de la Jeunesse et du Sport. La Cour leur reproche de ne pas avoir suffisamment vérifié l’identité de leurs dernières recrues : de faux blessés de la révolution tunisienne et de pseudo membres de familles de « martyrs ».  Même si la liste définitive des victimes de ces jours de violences policières perpétrées du 17 décembre 2010 jusqu’au 28 février 2011 qui ont marqué le premier pays des « Printemps arabes » et ont poussé un dictateur- Zine Abidine Ben Ali- à l’exil le 14...

    Lire la suite
    Centrafrique : quand un chef rebelle exige l’amnistie sans mentionner le mot
    11.07.17
    Ephrem Rugiririza de JusticeInfo, avec Radio Ndeke Luka, notre partenaire à Bangui

    Ex-numéro 2 de la coalition rebelle de la Séléka, qui a chassé du pouvoir le président François Bozizé en mars 2013, Nourredine Adam est sous le coup  de sanctions internationales  pour son rôle présumé dans des crimes perpétrés en Centrafrique. Aujourd’hui à la tête du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), l’un des principaux mouvements nés de l’éclatement de l’ex-Séléka, il est retranché dans le nord-est du pays. C’est là que Radio Ndeke Luka a réussi à le joindre la semaine dernière pour une interview au téléphone. Depuis ses nouvelles terres, le chef de guerre...

    Lire la suite
    Au Togo, la purification religieuse nationale tourne à la "mystification"
    11.07.17
    Maxime Domegni, Correspondant en Afrique de l’Ouest

    Au Togo, le processus de justice transitionnelle, mis en œuvre par le pouvoir, semble plus diviser qu’il ne réconcilie. C’est d’ailleurs sur fond de controverses que le Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) a organisé, du 3 au 9 juillet, une opération dite de « purification». Une semaine dite de purification du Togo s’est achevée dimanche 09 juillet à Lomé sur un culte chrétien, auquel ont assisté Premier ministre, membres du gouvernement, membres des institutions de la République et du Haut-Commissariat pour la Réconciliation et l’Unité...

    Lire la suite