Philippines: les cloches sonnent contre la "guerre contre la drogue"

14.09.17

AFP

Les cloches des églises philippines ont sonné ensemble jeudi soir dans une protestation du clergé de l'archipel contre la sanglante "guerre contre la drogue" du président Rodrigo Duterte et son "règne de la terreur".

M. Duterte avait été élu dans un fauteuil en 2016 en promettant d'éradiquer le trafic de drogue en faisant abattre des dizaines de milliers de délinquants.

La police a annoncé avoir abattu 3.800 toxicomanes ou trafiquants présumés. Des milliers d'autres personnes ont été tuées dans des circonstances inexpliquées.

A 20H00 (12H00 GMT), les cloches ont sonné simultanément pendant cinq minutes dans tout le pays à l'appel de l'Eglise pour rendre hommage aux défunts et rappeler aux vivants que le bain de sang doit cesser. Cette manifestation sonore se répétera chaque soir pendant 40 jours.

A la cathédrale San Roque, qui domine de vastes bidonvilles dans le nord de Manille, un sacristain a fait voler la cloche, vieille de 171 ans. "De nombreux homicides liés à la drogue ont eu lieu dans ce diocèse", a expliqué à l'AFP Ryan Rezo, un employé de la cathédrale.

"On ne peut accepter que la destruction de vies devienne quelque chose de normal. On ne peut pas gouverner la Nation par les tueries", a déclaré la semaine dernière le cardinal de Manille Luis Antonio Tagle dans une lettre pastorale annonçant cette initiative.

"Dans l'intérêt de nos enfants et des pauvres, arrêter avec les meurtres systématiques et le règne de la terreur", a imploré dans une autre lettre le président de la Conférence des évêques philippins, l'archevêque Socrates Villegas.

Une fois à la présidence, M. Duterte a dit qu'il serait "heureux de massacrer" trois millions de toxicomanes, promettant aux policiers impliqués qu'ils n'iraient pas en prison.

Son gouvernement a rejeté les accusations de crime contre l'humanité affirmant que la police n'ouvrait le feu qu'en situation de légitime défense et que les homicides inexpliqués pourraient être dus à des règlements de compte entre gangs.

M. Duterte, qui contrôle les deux chambres du Congrès, continue d'être soutenu par une majorité de Philippins, selon les sondages.

L'Eglise catholique, l'une des institutions les plus anciennes et les plus puissantes de l'archipel, est l'une des rares voix à s'élever pour dénoncer la "guerre contre la drogue".

Des dignitaires religieux ont expliqué que le fait de sonner les cloches renvoyait directement à l'époque médiévale, quand l'Eglise appelait de cette façon les fidèles à partir en Croisade libérer les lieux saints.

L'Eglise a souvent joué un rôle politique important aux Philippines, contribuant notamment à la révolution de 1986 qui avait renversé l'ancien dictateur Ferdinand Marcos.

Plus de 80% des Philippins sont catholiques.

commentaires