La destruction du Vieux Pont de Mostar est-elle un crime de guerre ?

La destruction du Vieux Pont de Mostar est-elle un crime de guerre ?
Pierre Hazan, conseiller éditorial de JusticeInfo.net et professeur à l'université de Neuchâtel
10.12.17
Pierre Hazan, conseiller éditorial de JusticeInfo.net et professeur à l'université de Neuchâtel

Dans quelle mesure la destruction d’un chef d’œuvre architectural constitue-t-elle un crime contre l’humanité, si ce chef d’œuvre est aussi utilisé à des fins militaires ? Quid encore si la destruction d’un tel édifice, tel le Vieux Pont de Mostar, entraîne des dommages psychologiques et physiques sur une population civile désormais assiégée ?...

Lire la suite

FOCUS PAYS

Les infos en bref : Crimes de guerre en Irak, aide humanitaire et vente d'armes, ...
Le procès de Hissène Habré
RD Congo : Participation de combattants du M23 à la répression
Voir plus de vidéos

Suivez nous

Cette semaine

TPIY: deux autres suicides avant Praljak
29.11.17
AFP

Avant le Croate Slobodan Praljak, qui s'est donné la mort après avoir été condamné par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, deux autres prisonniers du TPIY s'étaient suicidés et l'ex-président serbe Slobodan Milosevic était décédé en détention. Devant ses juges, mercredi, Slobodan Praljak a sorti une fiole de sa poche et avalé son contenu, et est mort peu après. - Slavko Dokmanovic - Dans la nuit du 28 au 29 juin 1998, l'ancien maire serbe de Vukovar (est de la Croatie), Salvko Dokmanovic se pend dans sa cellule du centre de détention du Tribunal, à l'âge de 48 ans, avant de connaître l'issue de son procès à La Haye. Il était accusé d'avoir organisé et participé...

Lire la suite
La semaine de la justice transitionnelle : que cache le débat sur le crime d'agression à la CPI
La semaine de la justice transitionnelle : que cache le débat sur le crime d'agression à la CPI
11.12.17
François Sergent

La semaine de la justice transitionnelle a été dominée par la réunion des 123 pays parties de la Cour pénale internationale aux Nations unies à New York. Au menu, la catégorie juridique du "crime d'agression" à ajouter aux trois chefs d'inculpation déjà en vigueur à la CPI, à savoir, crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide. Le débat n’est pas seulement académique ou juridique. Le "crime d'agression", autrement dit l'agression d'un pays contre un autre pays divise les pays membres et les Etats non membres de la CPI car il pourrait signifier l’inculpation de dirigeants...

Lire la suite

Par Région