Burundi


    Malgré le retrait du Burundi, la CPI ouvre une enquête sur les crimes du régime
    10.11.17
    Stéphanie Maupas

    La Cour pénale internationale a ouvert, fin octobre, une enquête sur les crimes commis au Burundi depuis avril 2015. L’enquête visera les crimes contre l’humanité commis par le régime burundais. En quittant la CPI, Bujumbura croyait s’offrir l’impunité. La Cour lui adresse une fin de non-recevoir.  Les élites au pouvoir à Bujumbura ont reçu aujourd’hui la réponse tant attendue de la Cour pénale internationale : les auteurs de crimes contre l’humanité commis depuis avril 2015 pourront être punis. La peur changera-t-elle de camp ? « A partir de maintenant, les auteurs, les co-auteurs, les...

    Lire la suite

    Le retrait du Burundi de la CPI : Chronique d’un divorce annoncé
    30.10.17
    Louis-Marie Nindorera

    Le retrait effectif du Burundi du statut de Rome de la Cour Pénale Internationale (CPI), entré en vigueur ce 27 octobre 2017, constitue le dernier acte d’une procédure de divorce débutée bien avant sa notification officielle au Secrétariat général de l’ONU, il y a douze mois. Les circonstances de l’adhésion en 2004 du Burundi à la Cour Pénale internationale donnaient déjà à celle-ci les allures d’un mariage blanc promis à la rupture, dès la première brouille de ménage. Quoi qu’il en soit, en devenant le premier Etat à claquer la porte de la CPI, le Burundi ouvre aussi la page blanche de...

    Lire la suite

    Au Burundi: "Bye bye" CPI
    28.10.17
    AFP

    Des milliers de personnes ont manifesté samedi dans tout le Burundi, à l'appel du gouvernement, pour "célébrer" le retrait du pays de la Cour pénale internationale (CPI), effectif depuis vendredi. Quelque 5.000 personnes, dont des centaines de conducteurs de taxis-vélos, taxis-motos et tuk-tuk, ont défilé dans les rues de Bujumbura, en chantant et dansant au son d'une fanfare, a constaté un photographe de l'AFP. Au long d'un parcours qui les a menés notamment devant l'ambassade du Rwanda, de la Belgique et de l'Union européenne - véritables bêtes noires du régime -, ils ont lancé des slogans du genre "Bye bye CPI", "le Burundi vient d'écrire l'une des plus glorieuses pages de...

    Lire la suite

    Le Burundi devient le premier pays à quitter la CPI
    27.10.17
    AFP

    Le Burundi est devenu vendredi le premier pays à quitter la Cour pénale internationale (CPI), créée il y a quinze ans à La Haye pour poursuivre les auteurs des pires atrocités dans le monde. "Le retrait du Burundi (...) prendra effet le vendredi 27 octobre", a annoncé un porte-parole, exactement un an après que le Burundi eut notifié formellement aux Nations unies sa décision de se retirer du seul tribunal permanent qui juge les crimes de guerre. Camouflet à la justice internationale, ce retrait "intervient au moment où la machine (répressive) continue de tuer impunément au Burundi", a...

    Lire la suite
     

    Le Burundi ouvre la voie à l'impunité
    27.10.17
    HRW

    (Nairobi, le 27 octobre 2017) - Le retrait officiel du Burundi de la Cour pénale internationale (CPI) est entré en vigueur le 26 octobre 2017, suite à la notification officielle de son retrait au Secrétaire général de l'ONU il y a un an. En vertu du Statut de Rome, le traité fondateur de la CPI, le retrait prend effet un an après ladite notification. Le Burundi était un État membre de la CPI depuis 2004. Depuis avril 2015, lorsque le président Pierre Nkurunziza a annoncé sa candidature controversée pour un troisième mandat, les forces de sécurité gouvernementales et les membres des...

    Lire la suite

    Burundi : « la population paupérisée est érigée en rempart d'un noyau dirigeant bunkérisé »
    04.10.17
    JusticeInfo.Net

    Pour le sociologue André Guichaoua, spécialiste de la région des Grands lacs africains, la répression s’abat sur tous les démocrates burundais depuis 2015, même si « les appels directs ou indirects à la mobilisation ethnique se sont développés à l'initiative de cadres et de militants du parti au pouvoir CNDD-FDD, pour faire taire ses propres opposants et remobiliser des partisans sur le thème de l'ethnie majoritaire » hutu. Dans sa radicalisation face à ce qu’il croit être une menace d’anéantissement depuis l’extérieur, le noyau autour du président Pierre Nkurunziza « invite avec fermeté »...

    Lire la suite

    Burundi: à Genève, bataille de résolutions entre l'UE et l'UA
    02.10.17
    Agnès Ndirubusa, Groupe de Presse Iwacu-Burundi

    Alors que le Burundi continue de faire les grands titres de la presse,  le Conseil onusien des droits de l’Homme a adopté la semaine dernière une résolution du groupe africain, plus favorable à Bujumbura que celle de l’Union européenne. Celle-ci exprime sa grande déception. JusticeInfo.Net vous propose  l'article ci-après de notre consoeur Agnès Ndirubusa, du Groupe de presse burundais Iwacu. Mercredi 27 septembre, coup de théatre à Genève. Tout était pourtant parti sur l’Union européenne qui s’était proposée à produire une résolution. Celle-ci réitère les allégations contenues dans le...

    Lire la suite

    Burundi: une résolution africaine sème la discorde à l'ONU
    28.09.17
    AFP

    Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a décidé jeudi d'envoyer au Burundi trois experts, alors que les Occidentaux réclament le renouvellement du mandat de la Commission d'enquête de l'ONU, qui n'a pas été autorisée à se rendre sur place. Une résolution en ce sens a été adoptée par 23 voix pour, 14 contre et 9 abstentions. Les experts auront "pour mandat de travailler en coopération avec le gouvernement en vue de collecter les informations, déterminer les faits et circonstances" des violations des droits de l'Homme "en vue de les transmettre aux autorités judiciaires du Burundi qui auront la charge d'établir la vérité", a expliqué le représentant de la Tunisie, Walid Doudech, au...

    Lire la suite
     

    Burundi : "le gouvernement est en plein déni"
    22.09.17
    Frédéric Burnand

    La Commission d’enquête sur le Burundi a présenté cette semaine son rapport final devant le Conseil des droits de l’homme à Genève. Exilées, les ONG burundaises de défense des droits de la personne ont pu s’y faire entendre, comme Carine Kaneza, porte-parole du Mouvement des femmes et des filles pour la paix et la sécurité (MFFPS). Entretien. Avec plus d’une trentaine d’ONG, le MFFPS demande, dans une lettre ouverte, de soutenir une résolution renouvelant le mandat de la Commission d'enquête des Nations Unies sur le Burundi, et d’appeler le Conseil des droits de l'homme des Nations...

    Lire la suite

    Burundi: l'opposant Léopold Habarugira enlevé
    12.09.17
    AFP

    Un cadre du parti burundais d'opposition Union pour la paix et le développement (UPD) a été enlevé mardi pendant qu'il se déplaçait à pied avec son épouse dans Bujumbura, selon sa famille et son parti. Léopold Habarugira, 54 ans, est le trésorier de l'UPD et un des rares responsables d'opposition à ne pas s'être exilés malgré la crise violente que traverse le Burundi depuis la décision en avril 2015 du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat controversé, obtenu en juillet de la même année. M. Habarugira a été enlevé mardi vers 07H30 locales (05H30 GMT) dans l'est de...

    Lire la suite

    Burundi : le fonctionnement de l'Etat repose sur une structure parallèle, selon l'ONU
    05.09.17
    Frédéric Burnand

    Alors que la Commission d’enquête sur le Burundi a présenté à la presse son rapport final sur les graves violations des droits humains perpétrées au Burundi depuis avril 2015, le parlement burundais a décidé de former sa propre commission d’enquête pour examiner le rapport onusien.   C’est l’agence de presse Xinhua (Chine nouvelle) qui en a fait état ce week-end: «Les députés de l'Assemblée nationale burundaise se sont convenus jeudi sur la mise en place d'une commission parlementaire spéciale chargée d'examiner le contenu des rapports des commissions internationales d'enquête produits...

    Lire la suite

    Burundi: deux ans de crise et de violences
    04.09.17
    AFP

    Le Burundi, où l'ONU demande l'ouverture d'une enquête de la Cour pénale internationale (CPI), connaît une grave crise depuis la candidature en avril 2015 du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat controversé, et son élection en juillet de la même année. Les violences ont fait 500 à 2.000 morts selon les sources (ONU ou ONG) et poussé près de 400.000 Burundais à l'exil. - Manifestations - Le 26 avril 2015, des milliers de personnes se réunissent au lendemain de la désignation de M. Nkurunziza par son parti, le CNDD-FDD, comme candidat à la présidentielle. Coup d'envoi de six semaines de manifestations à Bujumbura, sévèrement réprimées. Les contestataires jugent ce 3e...

    Lire la suite
     

    «Il n’y a aucun signe d’ouverture de la part du Gouvernement burundais», selon l'ONU
    04.09.17
    Frédéric Burnand Genève (de notre correspondant)

    Malgré de nombreuses tentatives de médiation, le Gouvernement burundais et son président n’entendent pas dialoguer avec l’opposition et la répression se poursuit. Une intransigeance appliquée également à la Commission d’enquête sur le Burundi qui n’a pu se rendre sur place, ni échanger avec Bujumbura. Fatsah Ouguergouz, président de la commission livre un constat inquiétant, avant la présentation de son rapport final au Conseil des droits de l’homme lors de la session de septembre de l’organe onusien basé à Genève.  Qu’il est difficile de quitter le siège du pouvoir, même quand la...

    Lire la suite

    Disparitions au Burundi: une ONG appelle la CPI à ouvrir une enquête
    30.08.17
    AFP

    Une ONG burundaise a appelé mercredi la Cour pénale internationale (CPI) à ouvrir une enquête sur les crimes commis au Burundi depuis le début en 2015 de la crise que traverse ce pays, en évoquant des centaines de disparitions forcées recensées. Le Forum pour la conscience et le développement (Focode) "demande à la CPI de lancer sans délai son enquête avant le 27 octobre 2017" pour les crimes commis au Burundi depuis fin avril 2015, selon un communiqué transmis à l'AFP. L'ONG appelle la CPI à engager "des poursuites contre leurs auteurs quelle que soit leur position dans les institutions de l'Etat", en évoquant notamment "de nombreux cas de disparitions forcées". Le Burundi avait...

    Lire la suite

    Burundi : l'armée dépendante de la rente des opérations du maintien de la paix
    12.07.17
    Thierry Vircoulon

    La question du financement du contingent burundais de l’Amisom (mission de l’Union africaine en Somalie ) illustre l’effet de rente des missions de maintien de la paix pour les armées pauvres. Ce financement, à long terme, peut avoir des conséquences politiques et socio-économiques qui dépassent le maintien de la paix et des effets pervers qui se font rapidement sentir en temps de crise.  La crise politique de 2015 a eu d’importantes répercussions dans l’armée burundaise : une tentative de coup d’Etat a eu lieu en mai 2015. Mais le régime est parvenu à garder l’armée sous son contrôle...

    Lire la suite

    « Le Burundi au bord du gouffre », l’UA et l'ONU devraient « reprendre la main »
    04.07.17
    Ephrem Rugiririza, JusticeInfo.Net

    De plus en plus conforté dans son intransigeance par une communauté internationale qui parle plus qu’elle n’agit, le régime burundais de Pierre Nkurunziza se radicalise chaque jour davantage. Dans un rapport intitulé « le Burundi au bord du gouffre : retour sur deux années de terreur », la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) appelle l’Union africaine et les Nations unies à « reprendre la main » pour relancer le dialogue et assurer la protection des civils dans ce petit pays africain qui traverse une profonde crise politique depuis 2015. « Le régime burundais est en...

    Lire la suite
     

    Le Burundi s'enfonce dans la violence et la dictature, avertit la FIDH
    04.07.17
    AFP

    "Epuration" ethnique de l'armée, opposants réduits au silence et modification de la Constitution pour faire sauter la limite des mandats présidentiels: le régime burundais s'enfonce dans la violence et transforme le pays en dictature, a averti mardi la Fédération internationale des droits de l'homme. "En deux ans, le manque de fermeté de la communauté internationale et son incapacité à mettre en oeuvre ses propres décisions - notamment les mesures de protection des populations civiles et la relance du dialogue politique - auront permis au président (Pierre) Nkurunziza de remodeler en...

    Lire la suite

    Deux ans de crise violente au Burundi
    24.04.17
    AFP

    Le Burundi est plongé dans une grave crise émaillée de violences depuis l'annonce en avril 2015 de la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat controversé et son élection en juillet de la même année. Les violences ont fait 500 morts selon l'ONU, et 2.000 selon les ONG et poussé près de 400.000 Burundais à l'exil. - Manifestations - Le 26 avril 2015, des milliers de personnes se réunissent au lendemain de la désignation de M. Nkurunziza par son parti, le CNDD-FDD, comme candidat à la présidentielle: coup d'envoi de six semaines de manifestations à Bujumbura, sévèrement réprimées. Les contestataires jugent ce 3e mandat contraire à la Constitution et à l'accord d'Arusha...

    Lire la suite

    Burundi: les Imbonerakure, la milice du régime
    08.04.17
    AFP

    Les Imbonerakure, les membres de la ligue de jeunesse du parti au pouvoir au Burundi mis en cause cette semaine pour une vidéo embarrassante, se sont imposés comme l'un des principaux instruments de répression du régime. Dans la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, des militants entonnent lors d'une sorte de cérémonie militaire des chants en kirundi, la langue nationale, appelant à "engrosser les opposantes (pour) qu'elles enfantent des Imbonerakure". L'opposition a dénoncé "un appel au viol massif" et le parti au pouvoir, le CNDD-FDD, inquiet des répercussions de la vidéo à...

    Lire la suite

    Le Burundi, pays de peur et de violence, selon le défenseur des droits de l'homme Pierre Claver
    23.11.16
    Bénédicte Jeannerod

    Ces dix-huit derniers mois, le gouvernement burundais a brutalement écrasé toute forme d’opposition. Depuis le début de la crise, déclenchée par la décision contestée du Président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat, des centaines de personnes ont été tuées, et des milliers d’autres arrêtées arbitrairement. Pierre Claver Mbonimpa est l’un des plus prestigieux défenseurs burundais des droits humains et le fondateur de l’Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues (APRODH). En 2015, il a échappé de justesse à une tentative d'assassinat, dont on...

    Lire la suite