Cambodge


    Génocide au Cambodge : deux chefs khmers rouges toujours dans le déni
    23.06.17
    AFP

    Les deux plus hauts-dirigeants khmers rouges encore en vie se sont accrochés vendredi à leur déni de tout "génocide" au Cambodge, pour la dernière audience de leur second procès pour crimes contre l'humanité. Après plus de trois années d'audiences, durant lesquelles plus de 100 témoins sont passés à la barre pour dénoncer les décapitations, les viols, les mariages forcés, le cannibalisme, le verdict est attendu dans les mois à venir. "Le Vietnam a inventé cette idée inacceptable du génocide cambodgien", a lancé en conclusion l'ancien chef de l'Etat du "Kampuchéa démocratique" Khieu...

    Lire la suite

    Rithy Panh, créer pour rester humain
    17.03.17
    Frédéric Burnand (swissinfo)

    Artiste à l’honneur de la 15e édition du Festival international du film et forum sur les droits humains (FIFDH) de Genève, le réalisateur franco-cambodgien Rithy Panh a construit une installation qui prolonge son dernier film Exil. Un rappel essentiel de ce qui fonde notre humanité. «La pureté ou la mort. Mais la pureté, c’est la mort». Ce commentaire du narrateur d’Exil - les mots de Rithy Panh mixés par son complice, l’écrivain Christophe Bataille - pointe le non choix présenté aux Cambodgiens par le régime maoïste de Pol Pot dès sa prise du pouvoir le 17 avril 1975. «Nous –...

    Lire la suite

    Cambodge: prison à vie confirmée pour deux dirigeants khmers rouges
    23.11.16
    AFP

    La condamnation à vie des deux plus hauts dirigeants khmers rouges encore vivants a été confirmée mercredi en appel, dans un pays soucieux de tourner cette page noire de son histoire. Nuon Chea, aujourd'hui âgé de 90 ans, et Khieu Samphan, 85 ans, avaient été condamnés à la prison à vie en août 2014 pour crimes contre l'humanité par ce tribunal de Phnom Penh parrainé par l'ONU. Ils assurent n'avoir pas été au courant des atrocités commises entre 1975 et 1979. Deux millions de Cambodgiens, soit un quart de la population, sont alors morts d'épuisement, de famine, ou à la suite de...

    Lire la suite

    CPI: le Cambodge, un cas exemplaire pour les ravages écologiques
    03.10.16
    Julia Crawford, JusticeInfo

    Le 15 septembre, la Procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a rendu public son document de politique générale sur la sélection des affaires, mettant l’accent pour la première fois sur les accaparements de terres et les ravages écologiques en temps de paix. En 2014, le cabinet d’avocats Global Diligence avait appelé la CPI à se saisir de la question des accaparements de terre au Cambodge en tant que crime contre l’humanité. Une enquête de la CPI sur ce dossier servirait non seulement de jurisprudence mais constituerait aussi un avertissement aux investisseurs,...

    Lire la suite
     

    Au Cambodge, le parti de la démocratie directe ébranlé mais pas brisé

    Militant de la démocratie directe, l’analyste Kem Ley a été abattu le 10 juillet à Phnom Penh, selon un scénario qui évoque un assassinat politique. Son parti continue cependant de creuser son sillon. La Suisse elle s’inquiète des freins mis à la démocratisation du royaume et a rendu hommage à Kem Ley, avec qui elle collaborait. «La mort de Kem Ley est une perte mais il a réveillé la jeunesse, il a réveillé des centaines de milliers de personnes, et aujourd’hui il y a de plus en plus de gens qui osent parler.» Selon Yeng Virak, président du Parti de la démocratie directe que tout le monde...

    Lire la suite

    Dans le dernier bastion des Khmers rouges, des étudiants face à l'Histoire
    01.05.16
    AFP

    Montrant à un groupe d'étudiants les cages où étaient enfermés les prisonniers politiques, Tho Lon - lui-même ancien soldat de Pol Pot - joue aujourd'hui les guides dans le dernier bastion des Khmers rouges, dans le nord du Cambodge. "Toute ma vie j'ai été trompé par les politiciens", explique l'homme de 57 ans dans la ville d'Anlong Veng, dernier lieu de repli d'un régime ayant décimé un quart de la population du pays dans les années 1970. C'est là qu'est enterré son chef, Pol Pot. Tho Lon participe à un programme de réconciliation récemment lancé entre des étudiants et d'anciens...

    Lire la suite

    Cambodge : le génocide oublié des musulmans
    08.09.15
    AFP

    Entre autodafés de Corans et noyades collectives, le génocide de la minorité musulmane des Chams par les Khmers rouges a été évoqué pour le première fois lundi au procès des deux plus hauts responsables du régime encore vivants. Ce procès est consacré au génocide des Vietnamiens et de cette minorité musulmane, aux mariages forcés et aux viols commis dans ce cadre, ainsi qu'aux crimes perpétrés dans plusieurs camps de travail et prisons, dont le tristement célèbre centre S-21, à Phnom Penh. "S'ils (les gardes khmers rouges) nous entendaient parler cham, nous étions emmenés et tués", a...

    Lire la suite

    Cambodge : quelques graines semées grâce au procès des anciens dirigeants khmers rouges
    13.07.15
    Anne-Laure Porée correspondance Phnom Penh

    Aussi contesté soit-il, et quelle que soit la justesse des critiques émises à son encontre, le tribunal chargé de juger les anciens dirigeants khmers rouges, dont le régime  a conduit 1,7 million de Cambodgiens à la mort, ouvre des chemins que personne n’aurait prédits à sa naissance en 2003.  Aujourd’hui, à 16 kilomètres de la capitale cambodgienne, l’ancien chef de l’Etat, Khieu Samphan (bientôt 84 ans), et l’ancien secrétaire du Parti communiste du Kampuchea et pilier de l’appareil sécuritaire khmer rouge, Nuon Chea (89 ans), font face à des juges cambodgiens et internationaux réunis au...

    Lire la suite
     

    Cambodge : les procès des khmers rouges en procès

    Les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) est l’appellation donnée au tribunal créé en 2006 suite à un accord signé par les Nations Unies et le gouvernement du Cambodge. Son mandat : traduire en justice les auteurs des crimes commis sous le régime khmer rouge entre 1975 et 1979. Pendant la durée du régime, plus de 1,7 million de personnes ont trouvé la mort par suite de faim, d’exécution ou de maladie. Les Khmers rouges aspiraient à la création d’une société communiste agraire sans classes sociales. Les villes du pays ont de ce fait été évacuées par un déplacement...

    Lire la suite