Colombie


    Paramilitaires en Colombie : Chiquita mis en cause devant la CPI
    18.05.17
    Stéphanie Maupas La Haye (de notre correspondante)

    Des organisations de défense des droits de l’Homme ont demandé à la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) d’étendre aux responsables de Chiquita Brands International Inc. son examen préliminaire en Colombie. La Fédération internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH), la Clinic Law en droit humanitaire international de l’Université d’Harvard , (International Human Rights Clinic) et le Colectivo de Abogados José Alvear Restrepo (CAJAR),  une ONG colombienne, accusent la multinationale pour sa « contribution » aux crimes contre l’humanité commis par les Autodéfenses...

    Lire la suite

    Colombie: adoption d'un système judiciaire spécial pour les crimes de guerre
    14.03.17
    AFP

    Le Sénat colombien a approuvé lundi une réforme constitutionnelle créant un système judiciaire spécial pour juger les crimes de guerre, élément clé de l'accord de paix entre le gouvernement et la guérilla des Farc. Le Sénat a approuvé la réforme par 60 voix pour et deux voix contre, selon un communiqué. Le texte avait déjà été approuvé auparavant par les députés colombiens. La réforme instaure un dispositif appelé "Système intégral de justice, de vérité, de réparation et de non-répétition", qui comprend trois mécanismes: une Commission pour la vérité, une Unité pour la recherche des...

    Lire la suite

    Colombie: les guérilleros des Farc, leurs cicatrices et celles des autres
    05.01.17
    Raul ARBOLEDA / Diego ESCUDERO (AFP)

    Jair, guérillero de 25 ans, a perdu sa jambe droite durant le conflit armé en Colombie. Cela lui rappelle son engagement au sein des Farc, mais aussi les blessures qu'il a pu infliger à ses ennemis d'hier. Il y a six ans, ce membre des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), qui viennent de signer un accord de paix historique après 52 ans de guerre, poursuivait un adversaire lorsqu'il a marché sur une mine anti-personnel dans le nord-ouest du pays. Il raconte avoir volé sur "une quinzaine de mètres", à cause du souffle de l'explosion, et s'être retrouvé en...

    Lire la suite

    Colombie: approbation de la loi d'amnistie de la guérilla des Farc
    29.12.16
    AFP

    Le Parlement colombien a approuvé mercredi 28 décembre 2016 la loi d'amnistie des Farc, premier pas vers la concrétisation de l'accord de paix signé avec cette guérilla afin de mettre fin à plus de 52 ans de confrontation armée. "Premier pas pour la consolidation de la paix, grâce au Congrès qui a approuvé la Loi d'amnistie par un vote historique", a réagi le président Juan Manuel Santos sur son compte Twitter. La loi a été approuvée par 69 voix pour et 0 contre au Sénat, qui compte 102 sièges, et auparavant par 121 pour et 0 contre à la Chambre des représentants, composée de 166...

    Lire la suite
     

    Colombie, une justice est-elle possible?
    29.11.16
    Christine Renaudat Bogota

    La guérilla des Farc et le pouvoir ont signé la semaine dernière un nouvel accord de paix qui ne convainc pas l’opposition et laisse planer des doutes sur l’application de la justice à certains secteurs de l’armée colombienne. Le chef des négociateurs du gouvernement colombien, Humberto de la Calle, l’avait dit: “l’unanimité est impossible”. Rejeté une premère fois par les électeurs le 2 octobre, l’accord de paix remanié et signé avec la guérilla marxiste le 24 novembre continue à diviser les Colombiens. Après un examen des 310 pages, l’opposition a donné son verdict: les modifications...

    Lire la suite

    Colombie : Quelles perspectives après le rejet de l’accord de La Havane ?
    01.11.16
    Julia Crawford, Justice Info

    Alors que le monde entrevoyait la fin d’un conflit vieux de plus d’un demi-siècle dans le pays, les Colombiens ont rejeté le 2 octobre l’accord de paix signé le 26 septembre par le président Juan Manual Santos et le dirigeant du mouvement marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) Timoleon Jimenez. Pour la juriste colombienne Maria Teresa Garrido, qui vit actuellement en Suisse, le fait que le non ne l’a emporté que par une infime marge (50.2% contre et 49.8% pour) et la détermination des signataires de l’accord permettent de nourrir encore des espoirs de paix. L’accord...

    Lire la suite

    La semaine de la justice transitionnelle : le Nobel en Colombie, crimes en Syrie et au Burundi
    10.10.16
    François Sergent, JusticeInfo.net

    Le prix Nobel de la paix attribué vendredi au Président Colombien Juan Manuel Santos cinq jours après l’échec du référendum en Colombie qui devait sceller l’accord de paix entre le gouvernement et les FARC et mettre fin à près de 50 ans de guerre civile auront marqué cette semaine de la justice transitionnelle. Le Prix Nobel coutumier d’aider des processus de paix fragiles a décerné son prix prestigieux au chef de l’Etat mais aussi au peuple colombien et notamment aux victimes de ce conflit meurtrier. En revanche, les Nobel ont délibérément décidé de ne pas octroyer parallèlement leur prix...

    Lire la suite

    Le Prix Nobel et les processus de réconciliation
    07.10.16
    afp

    Le Nobel de la paix, attribué vendredi au président colombien Juan Manuel Santos pour l'aider à remettre sur les rails un accord en danger, a plusieurs fois été décerné pour soutenir des processus de paix fragiles.- 1998: paix en Ulster -Deux des architectes de la réconciliation en Irlande du nord, le protestant David Trimble, dirigeant du Parti unioniste de l'Ulster et le leader catholique nationaliste John Hume, se voient attribuer en octobre 1998 le prix Nobel en reconnaissance de "leurs efforts pour trouver une solution pacifique" à 30 ans de troubles ayant fait près de 3.600 morts. Quelques mois plus tôt, en avril 1998, un accord de paix, dit du Vendredi Saint, avait été conclu à...

    Lire la suite
     

    Le Prix Nobel de la Paix au Président colombien
    07.10.16
    Pierre-Henry DESHAYES, AFP

    Le Nobel de la paix a été attribué vendredi au président colombien, Juan Manuel Santos, pour l'aider à remettre sur les rails l'accord de paix historique signé avec la guérilla marxiste des Farc après son rejet par la population."Nous espérons que cela encouragera toutes les bonnes initiatives et tous les acteurs qui pourraient jouer un rôle décisif dans le processus de paix et apporter enfin la paix à la Colombie après des décennies de guerre", a déclaré la présidente du comité Nobel norvégien, Kaci Kullmann Five. Anciens faucons devenus colombes, M. Santos et le commandant en chef des...

    Lire la suite

    Pourquoi les Colombiens ont rejeté l'accord de paix
    03.10.16
    Florence PANOUSSIAN, AFP

    Contre toute attente, les Colombiens ont rejeté dimanche, de peu, la paix avec la guérilla des Farc lors d'un référendum sur l'accord visant à terminer 52 ans de conflit, mais le président Santos est décidé à ne pas se rendre. "Je ne me rendrai pas et continuerai à rechercher la paix", a déclaré Juan Manuel Santos, affirmant que le cessez-le-feu bilatéral et définitif, observé depuis le 29 août, "reste valide et restera en vigueur". De son côté, Timochenko, le chef des Farc, a déploré depuis La Havane "que le pouvoir destructeur de ceux qui sèment la haine et la rancoeur ait influé sur...

    Lire la suite

    Colombie: de Shakira aux footballeurs, le "Oui" des stars à la paix
    30.09.16
    AFP

    Artistes, sportifs et écrivains de Colombie tels Shakira, Falcao ou Hector Abad Faciolince donnent de leur voix, énergie ou plume pour soutenir l'accord de paix avec la guérilla des Farc afin d'en finir avec un demi-siècle de guerre. Shakira, Juanes et Carlos Vives, chanteurs colombiens les plus célèbres, ont entonné des messages de réconciliation, de pardon et d'amour après la signature le 26 septembre de l'accord par le président Juan Manuel Santos et le chef des Farc, Rodrigo Londoño, plus connu sous ses noms de guerre Timoleon Jimenez ou "Timochenko". "En tant que Colombiens, notre...

    Lire la suite

    Colombie, des armes aux urnes

    Le gouvernement colombien, sous la direction de Juan Manuel Santos, a enfin trouvé un accord de paix avec la guérilla des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie). Après plus de 50 ans d’insurrection communiste, les Farc ont décidé de poursuivre les mêmes objectifs mais par d’autres moyens : l’accès au pouvoir politique non plus par les armes mais par les urnes. Mais la tâche reste difficile, notamment du fait d’une forte opposition au sein même du pays à cet accord et du coût de sa mise en œuvre. Après quatre ans de négociations, l’accord entre le gouvernement colombien et les...

    Lire la suite
     

    Colombie: “L’accord prend en compte le droit des victimes”
    27.09.16
    Christine Renaudat, à Bogota

    Rodrigo Uprimny, juriste de l’organisation colombienne Dejusticia (Centre d’études de droit, justice et société) décrypte, dans un entretien avec JusticeInfo.Net, le volet juridique de l’accord de paix signé le 26 septembre par le gouvernement avec la guérilla marxiste des  Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).  Il n'est pas d'accord avec ceux qui soutiennent que cet accord constitue un renoncement à la justice.  Les électeurs colombiens sont appelés le dimanche 2 octobre à se prononcer par référendum sur cet accord, qui prévoit, entre autres, le désarmement des Farc et leur...

    Lire la suite

    La Colombie signe un accord de paix historique avec les Farc
    26.09.16
    AFP

    La Colombie vit lundi une journée historique avec la signature de l'accord de paix conclu avec la guérilla des Farc pour mettre fin à plus d'un demi-siècle d'une guerre fratricide, qui a fait des millions de victimes. L'accord, conclu le 24 août à La Havane, doit être signé par le président Juan Manuel Santos et par le commandant en chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), Rodrigo Londoño, plus connu sous ses noms de guerre de Timoleon Jimenez ou Timochenko. Tous deux prendront la parole lors de la cérémonie prévue à partir de 17h00 (22h00 GMT) sur l'esplanade du centre des conventions de Carthagène des Indes, station balnéaire considérée comme la perle...

    Lire la suite

    Colombie: ceux qui disent "Non" aux accords de paix avec les Farc
    22.09.16
    AFP

    Ex-guérillero du M-19 gauchiste, élu sénateur du parti de droite de l'ex-président colombien Alvaro Uribe en 2014, Everth Bustamante est aujourd'hui l'un des opposants les plus virulents aux accords de paix avec la guérilla marxiste des Farc. Considéré comme le "chef de la diplomatie" du Mouvement 19 Avril, démobilisé en 1990, Bustamante est devenu un porte-drapeaux du "Non" au référendum sur les accords conclus entre le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Selon lui, l'actuel chef de l'Etat Juan Manuel Santos "a trop cédé" aux guérilleros. L'accord final "est mal conçu; tant pour la partie économique, que juridique ou politique, il y a de sérieuses...

    Lire la suite

    Colombie: Santos préfère "une paix imparfaite qu'une guerre parfaite"
    06.09.16
    AFP

    Le président colombien Juan Manuel Santos est "convaincu" que le "oui" à la paix avec la guérilla des Farc l'emportera au référendum du 2 octobre, estimant, lors d'un entretien à l'AFP, qu'"il vaut toujours mieux une paix imparfaite qu'une guerre parfaite". Q: Pensez-vous que le "non" puisse l'emporter lors du référendum sur les accords de paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc)? R: "Le "non" ne va pas gagner. C'est le "oui" qui va l'emporter (...) J'en suis absolument convaincu, sinon je ne prendrais pas un tel risque car je n'y suis pas obligé (...) Mais le...

    Lire la suite
     

    Colombie : la procureure de la CPI appelle à juger les crimes les plus graves
    01.09.16
    AFP

    La procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a salué jeudi l'accord de paix entre le gouvernement colombien et la guérilla des Farc, tout en appelant à de "véritables" poursuites contre les auteurs de crimes contre l'humanité et crimes de guerre. "L'accord de paix reconnaît la place centrale des victimes dans ce processus et leurs aspirations légitimes à la justice", a déclaré Mme Bensouda dans un communiqué. "Ces aspirations doivent être prises en compte, en s'assurant que les auteurs de crimes graves seront véritablement remis à la justice", a-t-elle ajouté. L'ancien procureur de la CPI Luis Moreno-Ocampo avait ouvert en 2006 des examens préliminaires afin...

    Lire la suite

    Colombie : L'accord de paix est une occasion cruciale d’endiguer les violations des droits humains

    (Washington, le 25 août 2016) – L'accord conclu le 24 août 2016 entre le gouvernement colombien et les guérilleros des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), en vue de mettre fin à leur conflit qui dure depuis 52 ans, constitue une occasion sans précédent d’endiguer les violations des droits humains dans le pays, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Mais cet accord comporte un grave défaut qui risque de le rendre inefficace: un arrangement défectueux concernant les droits des victimes, conclu en décembre 2015 et qui pourrait garantir l'impunité pour les individus...

    Lire la suite

    Colombie : accord historique entre le gouvernement et les FARC
    25.08.16
    Alexandre GROSBOIS Hector VELASCO, AFP

     Le gouvernement colombien et la guérilla des Farc ont scellé mercredi à Cuba un accord de paix historique visant à mettre un terme définitif à un conflit de 52 ans qui a fait des centaines de milliers de victimes.   Au terme de près de quatre ans d'âpres négociations à La Havane, les parties se sont entendues sur "un accord final, intégral et définitif" qui devra être soumis à référendum le 2 octobre prochain avant d'entrer en vigueur. Cet accord sur les six points de l'agenda des pourparlers est voué à "mettre définitivement fin à un conflit armé de plus de 50 ans",...

    Lire la suite

    Repenser une commission de la vérité en Colombie
    17.08.16
    Jamie Rowen

    Pendant près de soixante ans, le gouvernement colombien a lutté pour réprimer le conflit armé interne qui a fait des centaines de milliers de morts, des millions de déplacés et rendu la plupart des zones rurales ingouvernables. En juin 2015, sous la houlette du président Juan Manuel Santos, le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont levé un obstacle majeur aux pourparlers de paix entamés quelque trois ans auparavant. Le 4 juin 2015, les deux parties ont annoncé qu'elles s'étaient entendues sur la création d'une commission de la vérité  impartiale,...

    Lire la suite