11.01.08 – RWANDA/FRANCE – INTERPOL NE VEUT MENAGER AUCUN EFFORT CONTRE LES SUSPECTS DU GENOCIDE

Arusha, 11 janvier 2008 (FH) – L'association internationale de coopération policière Interpol a réaffirmé vendredi son « engagement à ne ménager aucun effort pour retrouver et amener devant la justice » les personnes en fuite et accusées d'avoir pris part au génocide rwandais en 1994. Ce communiqué est paru en anglais sur le site d'Interpol après l’arrestation mardi à Toulouse, en France, d’un officier de l’ancienne armée rwandaise recherché par la justice de son pays pour son rôle présumé dans le génocide de 1994.

1 min 21Temps de lecture approximatif

Selon les autorités judiciaires francaises, cette arrestation a fait suite à la transmission par l’organisation internationale de police du mandat d’arrêt rwandais. L’ancien officier a été placé sous verrou extraditionnel et la chambre d’instruction de la cour d’appel de Toulouse va décider, au vu du dossier que transmettra la justice rwandaise, de son extradition.

« La coopération étroite entre Interpol, les autorités judiciaires rwandaises et la police française dans cette affaire est un autre signal clair à ces suspects de participation au génocide rwandais encore en fuite », indique Interpol dans son communiqué.

Le lieutenant- colonel Marcel Bivugabagabo était, pendant le génocide de 1994, commandant des opérations militaires dans le secteur militaire de Ruhengeri (nord). Il est notamment accusé par le Rwanda de « génocide, complicité de génocide, association de malfaiteurs en vue de commettre le crime de génocide, assassinat, extermination ». Des massacres de Tutsis à la Cour d’appel de Ruhengeri et au campus universitaire de Nyakinama lui sont particulièrement reprochés.

En octobre dernier, une équipe du secrétariat général d’Interpol avait rencontré à Kigali les autorités judiciaires rwandaises en vue de l’harmonisation des efforts visant à localiser et appréhender les suspects de génocide à travers le monde, selon ce texte.

Le Rwanda, qui suspecte neuf de ses ressortissants installés en France d’avoir pris part au génocide visant les Tutsis, a remis à Interpol en 2006 une liste publique de 93 accusés établis à l’étranger.

Le génocide au Rwanda a fait, selon l’ONU, près de 800.000 tués, essentiellement au sein de la minorité tutsie.

ER/PB/GF

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON