05.03.08 – TPIR/MILITAIRES II – NDINDILIYIMANA, UN HOMME DE PAIX – EX-CHEF DE LA POLICE TANZANIENNE

Arusha, 5 mars 2008 (FH) - Le général Augustin Ndindiliyimana, chef d'état-major responsable de la gendarmerie rwandaise en 1994, était un homme épris de paix, a déclaré un ex-chef de la police tanzanienne mercredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). Cité par la défense de cet officier accusé de participation au génocide des Tutsis en 1994, Harun Mahundi, 68 ans, était inspecteur général de la police tanzanienne à l’époque des faits.

2 min 1Temps de lecture approximatif

Il a dit avoir rencontré Ndindiliyimana en Tanzanie en 1993, et au Rwanda l’année suivante.
Ndindiliyimana était préoccupé par la formation de la gendarmerie en perspective du multipartisme renaissant et de la fusion entre les forces gouvernementales et les rebelles du Front patriotique rwandais (FPR), selon le témoin. « Ce qui le préoccupait, c’était la paix, la tranquillité du pays, comment disperser les foules (sans porter atteinte à leur intégrité physique) ; il disait que c’était sa responsabilité », a indiqué Harun Mahundi.
Le gouvernement et le FPR étaient en négociations à Arusha en Tanzanie afin de mettre fin à une guerre civile qui avait éclaté en octobre 1990.
« Il (Ndindiliyimana) semblait plein d’espoir quand au fait que ces négociations pouvaient connaître le succès », a souligné le témoin. L’ex-chef de la police tanzanienne a ajouté que l’accusé lui paraissait être « quelqu’un qui n’aimait pas la confrontation ».
Harun Mahundi a déclaré que lors de sa visite des unités de gendarmerie au Rwanda, « il m’a semblé qu’ils n’avaient pas suffisamment de ressources pour faire face à une situation d’émeutes ». Selon le témoin, « il y avait déjà toutes les installations techniques qui n’étaient pas idéales. Et entre autres, ils n’avaient pas suffisamment de mobilité, des véhicules qui leur auraient permis de déployer des troupes pour faire face à une situation donnée. Le système de communication n’était pas efficace. »
L’ex-chef de la police tanzanienne a souligné que la gendarmerie rwandaise ne disposait pas non plus de canon à eau pour disperser les foules importantes ou de gazs lacrymogènes pour faire face aux petits attroupements.
Harun Mahundi a révélé que Ndindiliyimana lui avait notamment parlé de ses plans pour l’avenir. « Il voulait prendre sa retraite le plus rapidement possible. Il ne voulait pas attendre qu’il soit trop âgé. Il voulait se convertir dans les affaires », a confié le témoin. Mahundi a raconté que Ndindiliyimana avait visité le port de Mwanza sur la rive tanzanienne du lac Victoria et qu’il avait manifesté un intérêt pour l’importation du poisson. « Il aurait aimé prendre sa retraite le plus rapidement possible pour s’occuper de ce type de commerce », a dit le témoin.
Poursuivi avec trois autres officiers pour génocide et crimes contre l’humanité, Ndindiliyimana plaide non coupable. Actuellement, il fait comparaître des témoins à décharge. Le témoin Makundi l’a décrit comme un homme « très poli » et « très posé », qui souhaitait que son pays ait la sécurité.
Ce procès conjoint dit « Militaires II » a commencé en septembre 2004.
AT/PB/GF

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON