La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter
Sondage | Votre avis sur Justice Info
Fermer X
Chaque semaine 3 nouvelles questions (très rapides).
Si vous souhaitez répondre à l'ensemble des questions en une seule fois (sondage complet), c'est bien sûr possible.
Cette semaine : parlez-nous de vous...

Une expo photo sur les victimes de Jammeh

Deux ans après le départ en exil de l’ancien dictateur Yahya Jammeh, les photographes indépendants Jason et Helen Jones Florio (Grande-Bretagne) et Katherine Taylor (Etats-Unis) ont rassemblé des dizaines de clichés illustrant différentes catégories de violations des droits de l’homme sous l’ancienne junte. Le 7 mars, ces photos ont été exposées au cours de la première exposition au Centre pour les victimes de violations des droits de l’homme, situé à Kololi, à 25 minutes de route de la capitale, Banjul. 

Une expo photo sur les victimes de Jammeh©Helen JONES-FLORIOLe photographe Jason Florio réalise un portrait d'une victime sous la dictature de Yahya Jammeh en Gambie.
0 min 48Temps de lecture approximatif

Le Centre pour les victimes a été créé par des militants gambiens pour coordonner et organiser les victimes de la dictature militaire (1994-2016). L’expo photo entend mettre des visages sur les noms de personnes victimes d’abus sous ce régime, explique Ayesha Jammeh, responsable de programme au Centre pour les victimes.

Portraits to remember

La cérémonie d’ouverture de l’exposition, intitulée "Portraits to remember", a accueilli plusieurs personnalités, dont le directeur et conservateur du Centre national pour les arts et la culture, Hassoum Ceesay, et le directeur exécutif de la Commission vérité, réconciliation et réparation, Baba Galleh Jallow.

Court reportage (en anglais) sur les lieux de l'exposition "Portraits to remember"

© Mustapha K. Darboe

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON
Partager
S'inscrire à la newsletter