Sans information, pas de réconciliation

Yémen: sept enfants tués dans une attaque rebelle à l'est de Sanaa (sécurité)

1 min 27Temps de lecture approximatif

 

Sept enfants ont été tués mardi au Yémen dans une attaque aux roquettes Katioucha lancée par les rebelles chiites Houthis sur la ville de Marib, à l'est de la capitale Sanaa, selon des sources de sécurité et hospitalière.

Trois roquettes Katioucha se sont abattues en fin de journée sur un quartier résidentiel de Marib, chef-lieu de la province éponyme, a déclaré à l'AFP le directeur régional adjoint de la sécurité, Abdel Ghani Chaalane.

L'une des roquettes est tombée dans une cour où jouaient des enfants, tuant sept d'entre eux, alors que 25 autres civils, dont des femmes et des enfants, ont été blessés par la chute de deux autres roquettes sur une maison et la devanture d'une échoppe, a-t-il ajouté.

Le bilan de l'attaque a été confirmé à l'AFP par le directeur de l'hôpital public de Marib, Saleh al-Chaddadi, dont l'établissement a reçu les victimes.

"L'attaque a été lancée par les Houthis depuis le mont Haylan", situé à 15 km à l'ouest de Marib, a encore dit M. Chaallane.

La ville de Marib et la majeure partie de la province sont tenues par les forces gouvernementales, en guerre contre les rebelles qui contrôlent des secteurs du nord et de l'ouest de cette région pétrolière.

Le sort des enfants dans la guerre au Yémen est au centre d'une querelle entre l'ONU et l'Arabie saoudite à la suite d'un rapport onusien accusant la coalition militaire arabe conduite par Ryad au Yémen d'être responsable de la mort de centaines d'enfants dans ce pays. 

Sur la foi de ce rapport d'experts, l'ONU avait mis la coalition sur une liste noire de pays violant les droits des enfants, avant de l'en retirer en attendant de plus amples informations de Ryad, qui conteste les conclusions du rapport. 

L'attaque ayant tué des enfants à Marib intervient alors que des pourparlers de paix interyéménites, suspendus fin juin après deux mois de difficiles discussions sous l'égide de l'ONU, doivent reprendre le 15 juillet à Koweït.

Le conflit au Yémen a fait plus de 6.400 morts et 30.000 blessés depuis l'intervention de la coalition arabe en mars 2015 en soutien au pouvoir du président Abd Rabbo Mansour Hadi et pour empêcher les rebelles de s'emparer de l'ensemble du pays.

Commenter 0
Partager
Abonnez-vous à la newsletter