Sans information, pas de réconciliation

Mauritanie: 23 personnes dont des militants anti-esclavagistes inculpées et écrouées

0 min 53Temps de lecture approximatif

Vingt-trois personnes dont des militants anti-esclavagistes ont été inculpées et écrouées mardi en Mauritanie pour "agression contre la force publique", a affirmé à l'AFP une source judiciaire mauritanienne.

Ces personnes avaient été arrêtées le 29 juin, lors d'une émeute provoquée par le déplacement forcé par les autorités des habitants d'un bidonville à Nouakchott. Une dizaine de policiers avaient alors été blessés par les manifestants en colère, d'après les autorités.

"Le procureur a entendu ce (mardi) matin les 23 activistes dans le cadre de la procédure de flagrant délit et les a placés sous mandat de dépôt pour agression contre la force publique", a déclaré cette source sous couvert d'anonymat.

Elles sont également inculpées d'"incitation à la violence et appartenance à une organisation non autorisée" et "leur procès doit intervenir dans un mois", selon la même source.

Ces 23 personnes "appartiennent majoritairement" à l'ONG anti-esclavagiste IRA (Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste) interdite par les autorités, a-t-elle dit.

Lundi, la police avait dispersé à Nouakchott, à coup de matraque et de gaz lacrymogènes, des militants de l'IRA qui protestaient contre les arrestations dans leurs rangs et procédé, selon cette ONG, à sept nouvelles interpellations. 

Selon les autorités, les habitants du bidonville évacué occupaient un domaine privé. Ils ont été déplacés vers des parcelles de terrain offertes par l'Etat.

Partager
Abonnez-vous à la newsletter