Sans information, pas de réconciliation

Colombie: L'ONU "préoccupée" par le blocage d'un groupe des Farc vers un point de rassemblement

1 min 16Temps de lecture approximatif

La mission des Nations-Unies en Colombie s'est dite vendredi "préoccupée" par le blocage d'un groupe des Farc en marche vers l'un des 26 points de rassemblement où les guérilleros doivent aller déposer les armes suivant l'accord de paix conclu avec le gouvernement.

Depuis jeudi, "la marche des membres du Front 33 des Forces armées révolutionnaires de Colombie accompagnée par les observateurs est arrêtée", a indiqué l'ONU dans un communiqué.

"La mission des Nations Unies est préoccupée par ces événements et a pris la décision d'envoyer sur place une délégation de haut niveau pour aider à la poursuite de cet important mouvement", est-il ajouté.

Alors que l'ONU n'a pas précisé ce qui bloque ce déplacement, la presse colombienne a indiqué que des agriculteurs bloquent le passage de la caravane des rebelles et exigent la présence des membres du mécanisme de supervision du cessez-le-feu avec les Farc en dénonçant des actes d'intimidations commis par des hommes armés sur la population.

Le président colombien Juan Manuel Santos et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) ont signé un accord de paix en novembre, à l'issue de quatre ans de négociations délocalisées à Cuba.

Environ 7.000 guérilleros sont attendus aux 26 points de rassemblement répartis à travers le pays où ils vont déposer leurs armes et préparer leur retour à la vie civile sous supervision de l'ONU.

Quelque 6.300 membres de la guérilla ont déjà rejoint les points de rassemblement et 500 autres sont encore en marche.

La Colombie, qui a lancé cette semaine des pourparlers de paix avec la dernière rébellion active sur le territoire colombien, l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste), entend mettre fin à un conflit armé de plus d'un demi-siècle, qui a impliqué une trentaine de guérillas, des paramilitaires et les forces de l'ordre, faisant au moins 260.000 morts, plus de 60.000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

Partager
Abonnez-vous à la newsletter