La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter

L'accord de paix en Centrafrique doit être rendu public, plaide une ONG

1 min 52Temps de lecture approximatif

Une ONG centrafricaine a demandé jeudi aux autorités de "porter à la connaissance du peuple" l'accord de paix conclu samedi à Khartoum, paraphé et signé cette semaine sans que son contenu ne soit dévoilé, suscitant interrogations et doutes.

Le Groupe de travail de la société civile sur la crise centrafricaine (GTSC) a demandé dans un communiqué "au gouvernement de porter à la connaissance du peuple les clauses de l'accord de Khartoum afin que ce dernier soit rassuré de ce que ses préoccupations soient prises en compte".

"A défaut, le GTSC appelle le peuple centrafricain à descendre massivement dans la rue pour exiger de l'élite dirigeante la publication de l'accord", ajoute le texte.

L'accord de paix conclu samedi entre les autorités et les groupes armés opérant en Centrafrique, a été paraphé mardi à Khartoum et signé mercredi à Bangui, mais son contenu n'a toujours pas été rendu public.

Dans un communiqué, le ministre centrafricain de la Communication, Ange Maxime Kazagui, reconnaît que les Centrafricains, "à juste titre (...) attendent de connaître les conclusions des pourparlers de Khartoum".

"Les négociations de Khartoum n'étaient pas secrètes, l'accord ne peut donc pas être secret", ajoute-t-il. Et s'il n'est pas encore rendu public, c'est, selon lui, pour "des questions de formalités de principe".

Sans préciser lesquelles, il a indiqué qu'il reste "quelques signatures qui seront apposées à Addis Abeba pendant le sommet de l'Union africaine" prévu les 10 et 11 février.

"Ensuite, l'accord sera publié dans les moindres détails, y compris ses annexes", a-t-il affirmé.

Cet accord, le 8e depuis le début de la crise centrafricaine en 2013, devrait permettre une "cessation de toute violence contre les civils", selon le président Faustin Archange Touadéra lors de la cérémonie de signature jeudi.

Les sept précédents accords de paix n'ont jamais été respectés et n'ont pas permis de mettre fin aux violences.

Mais la présence à Khartoum des chefs de 14 groupes armés, dont les plus importants, ainsi que la forte implication de l'UA, laisse espérer que celui signé mercredi sera cette fois bien appliqué.

La grande inconnue reste la façon dont y est abordée la question de l'amnistie pour les nombreux auteurs de crimes et de violences commis depuis des années en Centrafrique.

Rejetée par Bangui, elle était exigée par les chefs des principaux groupes armés dont plusieurs sont sous sanctions de l'ONU ou cités pour violations des droits humains dans des rapports d'ONG. D'autres sont sous la menace d'un mandat d'arrêt.

M. Kazagui souligne dans son communiqué "que les crimes graves seront pris en charge par la justice internationale".

Ancienne colonie française classée parmi les pays les plus pauvres au monde, la Centrafrique, pays de 4,5 millions d'habitants, est cependant riche en diamants, or et uranium. Les groupes armés qui controlent la majorité du territoire s'y affrontent pour le contrôle de ces richesses.

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON
Partager
S'inscrire à la newsletter