Sans information, pas de réconciliation


Yémen: un drame humanitaire

2 min 38Temps de lecture approximatif

La guerre au Yémen a fait depuis mars 2015 quelque 10.000 morts, en majorité des civils, et provoqué la pire crise humanitaire en cours dans le monde, selon l'ONU. D'autres sources donnent un bilan des tués nettement supérieur.

Le conflit oppose des forces progouvernementales aux rebelles Houthis, issus de la minorité zaïdite (branche du chiisme) et qui se sont emparés de la capitale Sanaa en septembre 2014.

La guerre a connu une escalade le 26 mars 2015 quand l'Arabie saoudite a pris la tête d'une coalition militaire pour venir en aide aux forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi.

- Civils en première ligne -

Selon un bilan partiel de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le conflit a fait depuis 2015 quelque 10.000 morts, en majorité des civils, et plus de 60.000 blessés.

Mais des ONG estiment que le nombre de morts est largement plus élevé, certaines citant un bilan cinq fois supérieur.

Le 18 mars, le Norwegian Refugee Council (NRC) a indiqué que le nombre de victimes civiles était en hausse malgré un cessez-le-feu depuis décembre dans la ville portuaire de Hodeida (ouest).

Selon Action contre la faim, le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays atteint 3,3 millions.

Le pays a aussi été gravement affecté par le choléra qui a tué plus de 2.500 personnes depuis avril 2017. Environ 1,2 million de cas suspects ont été rapportés, selon l'OMS.

- "Enfer sur terre" -

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a dénoncé à plusieurs reprises l'impact dévastateur du conflit sur les enfants.

"Le Yémen est aujourd'hui (...) un enfer sur terre pour chaque garçon et fille" dans ce pays, déclarait en novembre 2018 Geert Cappelaere, directeur de l'Unicef pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. "Toutes les 10 minutes, un enfant meurt en raison de maladies pouvant être évitées", avait-il relevé.

Selon lui, 1,8 million d'enfants âgés de moins de cinq ans sont en situation de "malnutrition aiguë".

Selon Save the Children, près de 85.000 enfants seraient morts de faim ou de maladie entre avril 2015 et octobre 2018. D'autres ont été tués dans les combats.

- Génération perdue -

Selon l'ONU, deux des sept millions d'enfants en âge d'aller à l'école sont déscolarisés, en raison de la destruction des infrastructures par le conflit ou de leur transformation en abris pour les déplacés.

Plus de 2.500 écoles sont hors d'usage et deux tiers d'entre elles ont été endommagées par des attaques, 27% sont fermées et 7% sont utilisées à des fins militaires ou comme abris pour des personnes déplacées.

Largement en raison de la pauvreté de leurs familles, plus de 40% des filles sont mariées avant l'âge de 15 ans et les trois quarts avant leurs 18 ans, d'après l'Unicef. Les garçons sont de leur côté parfois recrutés comme enfants soldats.

- Pire crise humanitaire -

Dès mars 2017, le coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU Stephen O'Brien affirmait que le Yémen était le théâtre de la "pire crise humanitaire au monde".

Cela reste vrai, a affirmé en février 2019 le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha). "On estime que 80% de la population, soit 24 millions de personnes, ont besoin d'une forme d'aide humanitaire ou de protection, dont 14,3 millions de manière urgente", a dit l'Ocha.

Selon cet organisme, "le nombre de personnes avec un besoin aigu (d'assistance ou de protection) a augmenté de 27% par rapport à l'an dernier".

"Les deux tiers de toutes les régions sont déjà en situation de pré-famine", a ajouté l'Ocha.

Selon Action contre la Faim, 16 millions de personnes manquent d'accès à l'eau et l'assainissement et aux soins de santé de base, 50% des établissements de santé sont fermés et plus de 70% ne disposent pas d'un approvisionnement régulier en médicaments.

- Crimes de guerre -

En mars 2018, Amnesty International a accusé des pays occidentaux de fournir des armes à l'Arabie saoudite et ses alliés qui se rendent coupables de "crimes de guerre potentiels" au Yémen.

Fin août, une mission d'experts de l'ONU a conclu que toutes les parties avaient potentiellement commis des "crimes de guerre".

Partager
Abonnez-vous à la newsletter