Sans information, pas de réconciliation

Guatemala: un ex-général accusé de génocide arrêté à la faveur du vote

1 min 2Temps de lecture approximatif

L'ancien général guatémaltèque Luis Mendoza, accusé de génocide contre des indigènes et recherché par la justice depuis 2011, a été arrêté dimanche après avoir voté pour les élections générales et présidentielle, a-t-on appris de source policière.

Luis Mendoza a été arrêté à la sortie du bureau de vote de Salama (55 km au nord de la capitale Guatemala), a précisé à la presse le porte-parole de la police Pablo Castillo.

Il est accusé d'avoir participé au génocide d'indiens de la communauté mayas-ixiles durant la guerre civile qui a ensanglanté le Guatemala de 1960 à 1996.

"On a attendu pendant beaucoup d'années cette arrestation. Pour les victimes c'est très important", a commenté pour l'AFP Me Hector Reyes, avocat du Centre pour l'action légale des droits de l'homme, qui mène l'action judiciaire contre les auteurs présumés de génocide au Guatemala.

L'ancien général était l'un des principaux chefs de l'armée durant la dictature d'Efrain Rios Montt (1982-1983). Celui-ci est décédé l'an dernier à l'âge de 91 ans. Il avait été condamné à 80 années de prison pour le massacre de 1.771 indigènes par l'armée. Cependant, le verdict avait été cassé pour vices de forme de la procédure et l'ex-dictateur est décédé avant de pouvoir être jugé à nouveau.

La guerre civile au Guatemala a fait 200.000 morts et disparus, selon une Commission pour la Vérité formée sous l'égide de l'ONU. Celle-ci a également conclu à des génocides perpétrés contre des communautés mayas dont l'armée pensait qu'elles pouvaient soutenir la guérilla.

Partager
Abonnez-vous à la newsletter