La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter

Moselle: prison ferme pour un Allemand qui avait érigé une stèle nazie

1 min 19Temps de lecture approximatif

Un Allemand a été condamné lundi à Sarreguemines (Moselle) à 18 mois de prison, dont 9 avec sursis, pour avoir érigé en 2017 une stèle à la gloire de soldats nazis sur son terrain, a-t-on appris auprès de son avocat.

Le tribunal correctionnel a condamné le prévenu, âgé de 36 ans, pour "apologie de crime de guerre" et "apologie de crime contre l'Humanité".

A l'audience, le 24 février, le procureur, Jean-Luc Jaeg, avait requis la même peine pour "envoyer un signal extrêmement fort" mais avait demandé la relaxe pour le deuxième délit.

En Allemagne, le prévenu "est très connu des services de renseignements comme étant un militant néonazi, un militant d'extrême droite" appartenant au groupuscule de suprémacistes blancs Hammerskins, avait-il rappelé.

"J'attends de lire les motivations juridiques du jugement pour décider d'un éventuel appel", a indiqué à l'AFP l'avocat de la défense, Martial Gagneux.

"Je me demande sous quelle forme ce jugement a été rendu, puisqu'il n'y a pas d'audience", s'est-il étonné, précisant avoir été prévenu par le greffe correctionnel.

Son client, crâne rasé et tatoué, avait préféré garder le silence lors du procès.

Me Gagneux avait plaidé la relaxe, assurant que son client n'avait pas eu la volonté de faire l'apologie des crimes nazis.

Lors de l'enquête, le ressortissant allemand, père d'un enfant, avait expliqué avoir érigé une stèle sur un terrain lui appartenant à Volmunster (Moselle), le 30 octobre 2017, pour rendre hommage à un ami, soldat de la 17e SS Panzergrenadier Division, décédé six mois auparavant, et "à ses copains tombés pendant la guerre dont il (lui) parlait souvent".

Un promeneur avait signalé début janvier 2018 la stèle, visible depuis un chemin communal et qui portait l'inscription en allemand "En l'honneur des soldats tués appartenant à la 17e Division-Panzer SS. +En avant, on y va, à travers+".

La 17e SS Panzergrenadier Division, dont une unité est suspectée d'avoir abattu 124 habitants du village de Maillé (Indre-et-Loire) le 25 août 1944, a été déclarée organisation criminelle par le tribunal militaire international de Nuremberg (Allemagne).

Partager
S'inscrire à la newsletter