La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter

30.08.14 - SYNTHÈSE HEBDOMADAIRE - L’ÉTAT TCHADIEN DÉBOUTÉ DANS L’AFFAIRE HABRÉ, BENSOUDA PRIÉE DE DIRE SI ELLE EST PRÊTE POUR LE PROCÈS DU PRÉSIDENT KÉNYAN

Arusha, 30 août 2014 (FH) – A Dakar, le tribunal spécial chargé de juger Hissène Habré a définitivement rejeté la constitution de partie civile de l’État tchadien tandis qu’à La Haye, la Cour pénale internationale (CPI) a demandé au procureur s’il était prêt pour l’ouverture du procès du président du Kenya.

1 min 36Temps de lecture approximatif

SÉNÉGAL /RDCDakar ouvre le dossier Chebeya : la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judiciaire sur l'assassinat en 2010 du défenseur des droits de l'Homme congolais (RDC) Floribert Chebeya et son collaborateur Fidèle Bazana. Le début de cette information judiciaire a été marqué par l’audition des parties civiles. Mercredi, le juge d’instruction a entendu l’un des principaux suspects, l’ancien officier de la police congolaise Paul Mwilambwe.

SÉNÉGAL/TCHADRejet définitif de la constitution de partie civile de l’État tchadien : les Chambres africaines extraordinaires (CAE) ont confirmé mercredi leur rejet de la démarche de l’État tchadien qui voulait se constituer partie civile dans le procès de l’ancien président Hissène Habré. Les CAE ont été créées au sein de la justice sénégalaise sur la base d’un accord entre l’Union africaine (UA) et le Sénégal avec pour mandat de poursuivre les principaux responsables présumés des crimes internationaux commis au Tchad durant  le régime Habré (1982 - 1990). CPI/CÔTE D’IVOIREAbidjan invité à déposer des observations supplémentaires dans l’affaire Simone Gbagbo : la Cour pénale internationale (CPI) a rendu jeudi une décision invitant les autorités ivoiriennes à déposer des observations supplémentaires en appui à leur demande de juger devant leurs tribunaux Simone Gbagbo, l’épouse de l’ancien président.

CPI/KENYAL’accusation invitée à dire si elle est prête pour le procès d’Uhuru Kenyatta : la Cour pénale internationale (CPI) a demandé jeudi à la procureure Fatou Bensouda de confirmer ou non si elle est prête pour l'ouverture du procès du président kényan le 7 octobre comme prévu. Mme Bensouda doit déposer ses soumissions au plus tard le 5 septembre. Elu en mars 2013, Uhuru Kenyatta est poursuivi pour crimes contre l'humanité perpétrés dans son pays durant les violences post-électorales de 2007-2008.LA SEMAINE PROCHAINE

CPI : la Cour pénale internationale reprendra ses auditions lundi dans le procès du vice-président kényan William Ruto et du journaliste Sang poursuivis pour crimes contre l’humanité.ER

Partager
S'inscrire à la newsletter