Sans information, pas de réconciliation

29.09.14 - TPIR/NIZEYIMANA - PEINE RÉDUITE A 35 ANS DE PRISON POUR LE DERNIER MILITAIRE JUGÉ PAR LE TPIR

Arusha, 29 septembre 2014 (FH) – La chambre d’appel du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a condamné lundi à 35 ans de prison un ancien capitaine de l’armée rwandaise qui s’était vu infliger la perpétuité en première instance, a constaté l’Agence Hirondelle.

1 min 12Temps de lecture approximatif

Au moment du génocide des Tutsis de 1994, le capitaine Nizeyimana, dernier militaire jugé par le TPIR, était chargé des renseignements et des opérations à l'Ecole des sous-officiers (ESO) de Butare, dans le sud du Rwanda. Le 19 juin 2012, il avait été condamné à la prison à vie après avoir été reconnu coupable de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre, pour de nombreux meurtres perpétrés essentiellement en avril 1994 à Butare et ses environs. « La chambre d’appel, siégeant en audience publique annule la peine d’emprisonnement à vie imposée par la chambre de première instance et impose une peine de 35 ans d’emprisonnement », a déclaré le juge Theodor Meron, lisant un résumé de l’arrêt en anglais. Les juges d’appel ont annulé certaines conclusions de leurs collègues de première instance mais tout en maintenant la condamnation pour crimes de génocide et crimes contre l’humanité. Originaire de la préfecture de Gisenyi (nord) comme l’ex-président Juvénal Habyarimana, le capitaine reste coupable, entre autres crimes, d’avoir autorisé ou ordonné plusieurs meurtres dans la ville de Butare (sud), dont celui de Rosalie Gicanda, veuve de l'avant-dernier roi du Rwanda, Charles-Léon-Pierre Mutara III Rudahigwa. La reine Rosalie Gicanda était une parente de l'actuel président Paul Kagame. «Nizeyimana restera sous la garde du Tribunal en attendant son transfert vers l’Etat où il exécutera sa peine », a ajouté le juge Meron. Certains spécialistes du Rwanda comme le sociologue français André Guichaoua présentent le capitaine Nizeyimana comme l’un des principaux instigateurs du génocide à Butare. ER

Partager
Abonnez-vous à la newsletter