La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter
Sondage | Votre avis sur Justice Info
Fermer X
Chaque semaine 3 nouvelles questions (très rapides).
Si vous souhaitez répondre à l'ensemble des questions en une seule fois (sondage complet), c'est bien sûr possible.
Cette semaine : parlez-nous de vous...

11.01.07 - TPIR/NSENGIMANA - LE PROCES DE L’ABBE NSENGIMANA REPREND LUNDI

Arusha, 11 janvier 2008 (FH) - Le procès de l’abbé Hormisdas Nsengimana reprend lundi prochain devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), selon le calendrier judiciaire. Il s’agira du premier procès à reprendre après les vacances judiciaires de fin d’année.

1 min 44Temps de lecture approximatif

Pendant le génocide de 1994, le prêtre catholique était recteur du collège Christ Roi de Nyanza (sud), une des écoles les plus prestigieuses du pays. «Il enseignait le latin, la religion et dirigeait des offices religieux au collège Christ Roi et à la paroisse voisine de Nyanza. Malheureusement, il n'a pas mis ses connaissances et ses dons au service de l'avancement de l'humanité mais, au contraire, de sa destruction», a déclaré le 22 juin dernier, à l'ouverture des débats l'Italienne Silvana Arbia, chef des poursuites au TPIR. Selon l'acte d'accusation, l'abbé est accusé de génocide, assassinat et extermination. Mme Arbia l'a décrit comme un extrémiste hutu qui, même avant le génocide, prêchait sa haine des Tutsis à ses élèves, à des prêtres et à des employés du collège Christ Roi. Selon Mme Arbia, l'abbé a ordonné non seulement des massacres mais tué personnellement un vieux prêtre, Mathieu Ngirumpatse, et plusieurs femmes, tous tutsis. «Lorsque mon fusil tue cinq personnes, je me sens reposé», se serait écrié l'accusé en abattant le vieil abbé, selon la représentante du procureur. L'un des avocats de l'accusé, le Britannique David Hooper, a clamé l'innocence de l'homme d'église et émis l'espoir que le procès permettra de rétablir son honneur. Hormisdas Nsengimana a été arrêté en mars 2002 à Yaoundé (Cameroun) et transféré au centre de détention du TPIR le mois suivant. Au cours de la première session de ce procès qui a duré quelques jours, le procureur a présenté 5 témoins.

À ce jour, le TPIR a mis en accusation quatre prêtres catholiques rwandais. Le premier à avoir été jugé par le TPIR, l'abbé Athanase Seromba, a été condamné, le 15 décembre 2006, à quinze ans de prison pour génocide et extermination. Le rôle de l'église catholique dans le génocide de 1994 au Rwanda suscite toujours de vives polémiques. Lors des pogroms anti-tutsis de 1959 et de 1962 au Rwanda, les Tutsis qui s'étaient réfugiés dans des églises ont eu la vie sauve. Trois décennies plus tard, ils avaient donc afflué par dizaines de milliers dans des églises pour tenter d'échapper à leurs bourreaux. Mais, cette fois-ci, pour y mourir, déchiquetés par des grenades, brûlés vifs ou écrasés par des bulldozers. Selon l'organisation non gouvernementale African Rights, plus de Rwandais ont péri dans les structures paroissiales que partout ailleurs dans le pays.

ER/PB/GF

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON
Partager
S'inscrire à la newsletter