La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter
Sondage | Votre avis sur Justice Info
Fermer X
Chaque semaine 3 nouvelles questions (très rapides).
Si vous souhaitez répondre à l'ensemble des questions en une seule fois (sondage complet), c'est bien sûr possible.
Cette semaine : parlez-nous de vous...

19.01.08 - TPIR/TANZANIE - LA TANZANIE PREPARE LE DEPART DU TPIR

Arusha, 19 janvier 2008 (FH) - La Tanzanie va constituer une commission pour envisager un départ sans difficulté du Tribunal pénal international pour le Rwanda dont les procès en première instance sont prévus pour être terminés à la fin de l’année 2008 et les appels fin 2010. Mme Mary Nagu, ministre tanzanienne de la Justice et des affaires constitutionnelles a rencontré dans ce but les responsables du tribunal lors d’une visite à Arusha vendredi.

2 minTemps de lecture approximatif

Cette commission devrait être composée des ministres tanzaniens concernés ainsi que de représentants du tribunal international. «La fin sans heurts est vitale », a-t-elle affirmé au greffier du TPIR, Adama Dieng et lui expliquant que la Tanzanie souhaitait également bénéficier de l’expérience accumulée et des techniques développées pour améliorer son propre système judiciaire. « Les technologies de communication mises en place pour rendre la justice au TPIR sont d’un niveau international élevé et doivent nous aider à régler les procès locaux » a dit la ministre, impressionnée notamment par le système video qui permet d’une part d’économiser les déplacements et les coûts mais aussi d’accélérer les procès. Elle a également suggéré au greffier qu’avec l’expertise accumulée et l’équipement disponible, Arusha deviennent une cour pour juger les africains auteurs de crimes de guerre ou d’atteinte aux droits de l’homme. Selon la ministre, le tribunal a largement contribué à la paix et à la réconciliation au Rwanda après le génocide et a envoyé un message sur la fin de la culture l’impunité en Afrique en montrant que les auteurs de ces violences ne sauraient échapper à la justice. Selon les Nations unies environ 800.000 personnes ont été tuées lors du génocide au Rwanda entre avril et juillet 1994. Le greffier a assuré la ministre de la coopération du tribunal à ces projets. Arusha a, selon lui, le potentiel, l’expertise et l’équipement pour appliquer la justice internationale si le gouvernement est prêt à en prendre l’initiative. Le greffier a également remercié la Tanzanie pour son hospitalité depuis Novembre 1994. Lors de sa rencontre avec le procureur, la ministre a évoqué la possibilité que la Tanzanie reprenne des procès du tribunal à condition qu’elle en ait les moyens et les capacités. « Nous avons besoin d’appui financier et humains pour être capable de terminer le travail» a-t-elle dit. Elle s’est toutefois retranché derrière des avis d’experts, les tribunaux locaux ayant de nombreuses affaires pendantes. A part le Rwanda, aucun pays n’a encore proposé de reprendre les procès qui n’auraont pu pu être terminés d’ici la fin de l’année 2008. Mais plusieurs organisations de défense des droits de l’homme ont mis en garde le tribunal contre le transfert vers Kigali de ces procès en raison de la situation des droits de l’homme qui y prévaut. Le TPIR a depuis sa première audience rendu 35 jugements dont 5 acquittements et 28 personnes sont encore en jugement. Six personnes attendent encore que leur procès commence. SC/PB/GF

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON
Partager
S'inscrire à la newsletter