La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter

20.02.08 - TPIR/NZABONIMANA - L’EX-MINISTRE DE LA JEUNESSE PLAIDE NON COUPABLE

Arusha, 20 février 2008 (FH) - L’ex-ministre rwandais de la Jeunesse dans le gouvernement intérimaire en place pendant le génocide de 1994, Callixte Nzabonimana, a plaidé non coupable lors de sa première comparution mercredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a constaté l’agence Hirondelle. Nzabonimana a comparu devant le juge Dennis Byron, président du TPIR, deux jours après son arrestation en Tanzanie.

1 minTemps de lecture approximatif

« Je plaide non coupable », a-t- il déclaré, rejetant tous les chefs d’accusation portés contre lui. L’ex-ministre répond d’entente en vue de commettre le génocide, de génocide, de complicité dans le génocide, d’incitation directe et publique à commettre le génocide, d’assassinats (crime contre l’humanité), d’extermination (crime contre l’humanité), viols (crime contre l’humanité), persécution (crime contre l’humanité), d’actes inhumains (crime contre l’humanité), de meurtres et d’atteinte à la dignité humaine (violations graves des conventions de Genève). Selon l’acte d’accusation, Nzabonimana « a personnellement sillonné les collines» de sa préfecture d’origine, Gitarama (centre du Rwanda), en 1994, « pour s’assurer que les paysans exécutaient les ordres qui leur avaient été donnés et qui consistaient à tuer les Tutsis ». « Il a joué un rôle important dans la perpétration des massacres à Gitarama », soutient le procureur dans cet acte d’accusation. A la fin de cette brève audience, où l'accusé était assisté par un avocat de permanence, le juge Byron a demandé au greffe de fixer la date de l’ouverture du procès.

ER/PB/GF

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON
Partager
S'inscrire à la newsletter