La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter

14.02.08 - TPIR/MILITAIRES II - DES REFUGIES BURUNDAIS ONT DIRIGE UNE ATTAQUE CONTRE DES TUTSIS AU

Arusha, 14 février 2008 (FH) - Des réfugiés hutus burundais ont dirigé en avril 1994 une attaque contre des Tutsis dans le sud du Rwanda, selon un témoin entendu jeudi par une chambre du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). Selon le témoin qui déposait sous le nom de code CBP-77 pour des raisons de sécurité, l’attaque a été lancée autour du 20 avril 1994 sur l’église paroissiale de Kansi où plusieurs Tutsis avaient cherché refuge.

1 min 7Temps de lecture approximatif

« J’ai pu constater que ce sont ces réfugiés (burundais) qui étaient à la tête, ils étaient en fait les meneurs de l’attaque », a déclaré le témoin, soulignant qu’ils étaient armés de fusils. En revanche, il rejeté les allégations du procureur selon lesquelles des gendarmes auraient participé à cet assaut. « Je connaissais l’uniforme des gendarmes, s’ils avaient été là, je les aurais reconnus », a affirmé à deux reprises le témoin qui était cité à la barre par la défense du général Augustin Ndindiliyimana, chef d’Etat-major de la gendarmerie pendant le génocide de 1994. Accusé de crimes de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, le général est notamment poursuivi pour ne pas avoir sanctionné des gendarmes impliqués dans les massacres. Le témoin a indiqué n’avoir vu de gendarmes qu’à la résidence de l’accusé située, selon lui, à 2 ou 3 kilomètres de la paroisse de Kansi. Le général Ndindiliyimana est jugé avec trois autres officiers des anciennes Forces armées rwandaises (FAR) parmi lesquels l’ex- chef d’Etat-major de l’armée, le général Augustin Bizimungu qui a été le premier à présenter sa défense. ER/PB/GF

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON
Partager
S'inscrire à la newsletter