La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter

27.02.08 - TPIR/BIKINDI - REQUISITOIRE LE 28 MAI DANS LE PROCES DU CHANTEUR SIMON BIKINDI

Arusha, 27 février 2008 (FH) - La dernière passe d’armes dans le procès du chanteur rwandais Simon Bikindi, poursuivi pour génocide devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) aura lieu les 28 et 29 mai prochains avec l’audition du réquisitoire du procureur et des plaidoiries de la défense, selon le calendrier de la chambre. Avant cette audience ultime, juges et parties effectueront du 14 au 18 avril une visite sur les lieux des faits allégués dans l’acte d’accusation.

1 min 10Temps de lecture approximatif

Il s’agira du septième transport au Rwanda d’une chambre du TPIR. L’accusation contre Bikindi repose essentiellement sur trois chansons en langue rwandaise. Pendant le procès, les deux parties ont cité des témoins - experts qui en ont fait des interprétations divergentes. Bikindi est lui-même venu à la barre pour défendre ses œuvres. L’auteur-compositeur est par ailleurs accusé d’avoir supervisé des massacres de Tutsis dans sa préfecture natale de Gisenyi (nord).

L’artiste répond des chefs d’entente en vue de commettre le génocide, de génocide ou de complicité de génocide, d’incitation à commettre le génocide, d’assassinat et de persécution.

Les chansons incriminées sont Twasezereye ingoma ya cyami (Nous avons dit adieu à la monarchie) exécutée pour la première fois en 1987, à l’occasion du 25e anniversaire de l’indépendance, Akabyutso (le Petit réveil) et Impuruza (l’Alerte) composées en 1993.

Bikindi est jugé par une chambre présidée par la juge argentine Inés Weinberg de Roca, assistée de la Camerounaise Florence Rita Arrey et du Tchèque Robert Fremr.

La phase accusatoire du procès a été close le 22 février 2007 et la défense le 7 novembre dernier. Le procès a commencé le 18 septembre 2006.

ER/PB/GF

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON
Partager
S'inscrire à la newsletter