Sans information, pas de réconciliation

Trois ans après, les Colombiens attendent toujours les remords des FARC

Trois ans exactement après le référendum qui a montré à quel point les Colombiens sont divisés sur l’accord de paix historique qui a conduit au désarmement des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), des millions de Colombiens attendent toujours que les auteurs des violences reconnaissent pleinement leur responsabilité.

Trois ans après, les Colombiens attendent toujours les remords des FARC©Guillermo LEGARIA / AFPIl y a trois ans, le 2 octobre 2016, le référendum colombien sur l'accord de paix a échoué, 50,2% des Colombiens ayant voté contre et 49,8% en faveur. Bien qu'un accord de paix ait finalement été conclu et mis en oeuvre depuis, celui-ci reste fragile et continue de diviser la société.
11 min 6Temps de lecture approximatif

La reconnaissance de la responsabilité occupe une place centrale dans le système novateur de justice transitionnelle de la Colombie, qui s’efforce actuellement de satisfaire simultanément les droits des victimes à la vérité, à la justice et à la réparation, et d’aider les Colombiens à guérir les blessures laissées par un conflit qui dure depuis 50 ans.

« C’est indiscutable : pour que le processus de paix continue d’avancer, il est crucial que les Farc reconnaissent ce qu’elles ont fait et s’engagent publiquement à ne plus jamais le faire. C’est aussi beaucoup plus crédible quand cela se fait face à la société et aux victimes », dit Pastora Mira, une leader sociale de l’est d’Antioquia. Sa ville, San Carlos, est marquée par les déplacements forcés par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) et les groupes paramilitaires d’extrême droite.

Une reconnaissance explicite du préjudice causé est doublement significative. D’une part, en vertu de l’accord les ex-combattants peuvent être condamnés à des peines plus légères pour des crimes graves et représentatifs, tels que le meurtre ou l’enlèvement, s’ils remplissent trois conditions : reconnaître leur responsabilité devant le système judiciaire transitoire, dire la vérité et aider personnellement les victimes à obtenir réparation.

L’idée qui sous-tend cette incitation est que les personnes responsables peuvent se manifester et assumer leur rôle, ce qui permet à la juridiction spéciale pour la paix - localement connue sous le nom de JEP - de monter ses dossiers plus rapidement que dans un système accusatoire. Cela permettrait d’éviter que le tribunal ne s’effondre en raison du gigantesque héritage d’atrocités qu’il doit poursuivre dans un pays où 8,8 millions de personnes - sur une population de 48 millions - sont officiellement enregistrées comme victimes.

Dynamique initiale

Au-delà de son importance juridique, les victimes, de vastes segments de la société colombienne et même les politiciens qui se sont longtemps opposés à l’accord de paix s’accordent sur l’importance des aveux publics sur ce qui s’est passé.

La réalité s’est avérée plus dure. Trois ans après la signature de l’accord de paix, les Colombiens n’ont toujours pas vu d’actes généralisés de pardon et les anciens chefs rebelles semblent encore réticents à faire preuve publiquement de sincérité et d’humilité.

Il y a eu une certaine dynamique initiale pourtant. En décembre 2015, les Farc ont présenté pour la première fois des excuses publiques à une communauté. C’était à Bojayá, un petit village riverain dans les forêts tropicales du nord-ouest de la Colombie où les Farc ont lancé en 2002 une bombe cylindrique contre l’église où les villageois avaient cherché refuge lors d’une confrontation entre guérilla et paramilitaires. L’attaque a fait 119 morts, devenant l’un des massacres les plus honteux des Farc.

Deux cérémonies semblables ont eu lieu un an plus tard, à peu près au moment de la signature de l’accord de paix. En septembre 2016, les Farc ont présenté leurs excuses aux proches de 35 personnes tuées à Urabá. Deux mois plus tard, ils ont admis leur responsabilité dans l’enlèvement et l’assassinat de 11 élus de l’État de Valle del Cauca. Ces deux événements se sont toutefois produits alors que le pays était pris dans les dissensions politiques qui ont entouré le plébiscite raté, qui a conduit à une renégociation de l’accord de paix initial et à la signature d’un nouvel accord en novembre 2016, limitant ainsi leur impact public.

Il n’y en a eu que peu depuis, même si cela devait être dans l’intérêt des Farc. Ces actes ne leur donnent pas droit à des sanctions moins sévères, mais ils sont considérés comme une forme de réparation pour les victimes. La plupart de ces cérémonies ont été relativement privées ou se sont déroulées dans des communes rurales, ne bénéficiant que d’une faible couverture médiatique et d’une faible visibilité publique. Ce qui a renforcé la perception que les Farc ne sont pas disposées à affronter leurs victimes et à exprimer leurs regrets.

« Les Farc n’admettront jamais leur responsabilité. C’est un vœu pieux, car ce n’est pas dans leur caractère. Ils ont utilisé des récits qui justifient la violence depuis leur création », dit Ximena Ochoa, une éleveuse de bétail du sud-ouest de la Colombie dont la mère a été enlevée par les Farc. Elle-même a fini par s’opposer à l’accord de paix, alors qu’elle faisait partie des 60 victimes qui ont partagé leurs attentes avec les deux équipes de négociation à La Havane en 2015.

Pardons locaux ou nationaux ?

Comme les Colombiens s’attendent à ce que les Farc manifestent davantage de remords en public, certaines victimes leur ont demandé de telles cérémonies. « Ils ont une dette historique. Nous ne demandons pas qu’ils soient jetés en prison à vie, mais qu’ils cherchent publiquement le pardon et la réconciliation. C’est ce qui nous permet de recouvrer notre dignité. La réparation morale et psychologique est cruciale pour nous », déclare Holmes Fabián Ordóñez, 27 ans, qui a perdu sa jambe droite après avoir marché sur une mine probablement posée par les Farc quand il était adolescent.

Il y a un an, Ordóñez s’est rendu au camp de réincorporation des Farc à Miravalle, près de l’endroit où il a grandi, pour tenter de convaincre l’ancien commandant local Hernán Darío Velásquez de tenir une cérémonie publique avec les victimes des mines. Son idée était de l’organiser dans la ville d’Algésiras, où Ordóñez travaillait jusqu’à l’année dernière dans une opération de déminage humanitaire. Velásquez, connu sous le nom de guerre « El Paisa » et pour sa responsabilité dans des attaques majeures comme l’attentat à la voiture piégée de 2002 au club El Nogal de Bogota, a refusé de le rencontrer. Il a rejoint le groupe dirigé par Iván Márquez qui a décidé le mois dernier d’abandonner l’accord de paix et de réarmer. Infatigable, Ordóñez a contacté Carlos Antonio Lozada, un autre des anciens chefs militaires des Farc, qui siège maintenant au Congrès. « Travaillons là-dessus », lui a-t-il répondu. Mais il ne s’est pas passé grand-chose d’autre depuis.

Comme lui, Pastora Mira a voulu organiser une cérémonie de reconnaissance de responsabilité dans sa ville natale de San Carlos. « Je le vois dans une perspective d’avenir : les jeunes générations voient qu’il n’est pas acceptable de participer à des actions qui causent de tels dommages et comprennent qu’il ne vaut pas la peine de suivre les traces de chemins dont les résultats sont visibles pour tous », dit Mira, qui a travaillé avec l’Église catholique et les organisations locales. Ils ont rencontré le pasteur Álape, qui a participé aux pourparlers de paix et a peut-être été l’ancien dirigeant des Farc le plus actif dans les actes de contrition. Il a demandé pardon à la ville voisine de Grenade en septembre 2017 pour les déplacements forcés.

Pour elle, de tels événements ont surtout un impact local, car c’est là qu’ils peuvent contribuer à diminuer la méfiance à l’égard de l’accord de paix et à favoriser la réconciliation au sein des communautés. Elle est consciente qu’il est souvent difficile de satisfaire aux attentes des victimes. Chaque fois que d’anciens commandants de la guérilla sont présents, ils sont incapables de répondre à des questions très précises sur des personnes disparues. Et lorsque ce sont des membres locaux de rang inférieur qui le font, les gens estiment que l’organisation qui leur a causé du tort n’est pas représentée de façon significative.

Comme de telles actions ne se multiplient pas, les membres des Farc ont été incapables de contrer la perception générale qu’ils étaient jusqu’ici arrogants et impénitents.

Grâces privées ou publiques ?

Bien que les actes publics puissent jouer un rôle de guérison pour l’ensemble de la société colombienne, de nombreuses victimes préfèrent les rencontres privées en face à face avec d’anciens membres des Farc.

« La rencontre personnelle et privée était plus importante pour moi parce que je sentais que mes mots pouvaient sortir. C’étaient toujours les Farc qui prenaient le dessus, que ce soit en posant des bombes, en tuant ou en disant quelque chose. En privé, c’est la victime qui joue un rôle actif, qui exprime ce qu’elle ressent, qui donne une voix à ce qui fait mal, qui atteint la catharsis et qui libère tous les démons portés depuis si longtemps », explique Sebastián Arismendy, un étudiant à l’université de 22 ans dont le père, Héctor Arismendy, député, fut enlevé en 2002 et tué par les Farc cinq années plus tard.

Les proches de douze députés enlevés ont rencontré les Farc en privé à trois reprises pour organiser une cérémonie solennelle, qui s’est tenue fin 2016 dans l’église du parlement de l’État de Cali, où l’attentat s’était déroulé. Arismendy se souvient qu’il leur a crié sa colère la première fois qu’ils étaient dans la même pièce à La Havane, les tenant pour responsables d’avoir vu son père pour la dernière fois quand il avait cinq ans.

Lors de la dernière rencontre, à la veille de la cérémonie, Arismendy a senti que quelque chose avait changé. Il se rappelle s’être senti étrangement exalté et calme, après avoir grandi en imaginant les Farc littéralement comme des « monstres ».

Il se souvient aussi qu’Iván Márquez, l’ancien négociateur de paix des Farc qui a récemment abandonné l’accord de paix et s’est réarmé, était assis à côté de lui et de la fille d’un autre parlementaire. Après avoir dit qu’il comprenait leur douleur parce qu’il avait lui aussi des enfants, Márquez leur a proposé de les embrasser. Arismendy a refusé, il n’y était pas prêt.

Mais il soutient l’idée que les victimes peuvent guérir en rencontrant les auteurs, dans des espaces de dialogue soigneusement organisés. « L’acte public est pour la société de voir que quelque chose se passe, mais l’acte privé est pour moi. Dans ce domaine, ils montrent un côté plus humain, en utilisant des mots réels qui sont moins légaux et solennels. En public, ils parlent de reconnaissance de responsabilité, en privé, ils disent ‘Pardonnez-moi, s’il vous plaît, j’ai fait une énorme erreur’ », dit Arismendy, qui décrit leur attitude comme « arrogante » et qui garde une liste de questions sur son père auxquelles il veut qu’ils répondent.

Lorsque la reconnaissance ne suffit pas

Certaines victimes s’attendent à des remords publics de la part des FARC, à condition qu’ils s’accompagnent d’une forme de réparation.

« Demander publiquement le pardon est important, mais ce n’est pas suffisant. Il s’agit généralement de cérémonies froides, tandis que la réconciliation exige du temps et du partage dans les espaces communautaires pour permettre une guérison efficace », dit Hernando Chindoy, chef d’une communauté autochtone Inga du sud-ouest de la Colombie qui a subi pendant des années des assassinats, des menaces et des déplacements forcés dans une région où les Farc contrôlaient le commerce du latex au pavot destiné à la production d’héroïne.

Chindoy, qui a été élu chef national des 27 000 Ingas du pays l’année dernière, dit qu’il se méfie encore de l’attitude des FARC, qu’il ne juge pas assez généreuse. « C’est comme quand un marteau te frappe dans la main. Quand une communauté perd une personne, elle perd une partie de son corps. C’est douloureux, et c’est pourquoi la guérison est importante », ajoute-t-il.

Malgré les réserves de Chindoy, sa communauté donne un exemple improbable de réconciliation. Il y a deux ans, ils ont ouvert un magasin dans le centre historique de Bogota pour vendre du café qu’ils produisent dans leurs terres montagneuses de Nariño, qui est devenu un modèle de réhabilitation des cultures illégales. Il y a quelques mois, leur Café Wuasikamas a commencé à vendre une bière, La Roja, qui est produite par plusieurs anciens rebelles de Tolima dans le cadre de leur réintégration à la vie civile.

Pour Chindoy et de nombreuses autres victimes, les aveux doivent s’accompagner d’actions énergiques de réparation en temps réel. « De nombreux anciens membres des Farc terminent actuellement des études universitaires avec des bourses d’études. S’ils ont fait beaucoup de mal avec des armes, pourquoi ne pas réintégrer ces gens, qui sont comme nous, avec leurs nouvelles compétences ? », demande-t-il.

N’est-ce pas le bon moment ?

Pour de nombreuses victimes, la crise politique actuelle, après le réarmement d’un petit mais important groupe de dirigeants des Farc, signifie que les 92 % d’anciens rebelles toujours engagés dans l’accord de paix devraient exprimer leurs regrets. C’est le seul moyen d’établir la confiance dans l’accord et dans le sérieux avec lequel ils le prennent, affirment-ils.

Ces actions volontaires sont d’autant plus importantes qu’il est peu probable que la première macro affaire ouverte par la Juridiction spéciale pour la paix – sur les enlèvements – fasse l’objet d’une inculpation formelle avant mi 2020. Cela signifie que les victimes ne verront pas à court terme de messages de remords sincères de leur part lors des audiences organisées par le tribunal de paix.

Les Farc ont récemment produit un rapport détaillant leur rôle dans les enlèvements. Parmi eux, Rodrigo Londoño, ancien commandant en chef et actuel chef du parti, a déclaré : « Nous reconnaissons l’existence des rétentions de civils et assumons notre responsabilité collective pour les dommages causés aux personnes et aux familles victimes de cette pratique malheureuse ». Son aveu, l’un des plus poignants des Farc à ce jour, a toutefois été entaché par une controverse linguistique, de nombreux secteurs de la société colombienne estimant que le mot « rétention » atténue l’horreur du crime le plus méprisable de cette guérilla.

Une partie du problème réside dans le fait que d’autres acteurs, y compris l’État, devraient également reconnaître leur responsabilité en cas de besoin, ce qui a également cessé de se produire. « C’est un accord entre l’État et la société colombienne. Nous ne pouvons pas dire qu’il s’agit d’une salle d’audience où le gouvernement est ici et où les Farc sont là, l’un pour accuser et l’autre pour reconnaître leur responsabilité. La reconnaissance de ce qui s’est passé doit venir de toute notre société. Où sont les tiers, les partis politiques, les hommes d’affaires, les éleveurs ? Où sont tous ceux qui ont causé - et causent encore - des souffrances ? », interpelle Victoria Sandino, une autre négociatrice de paix des Farc qui siège actuellement au Sénat, lors d’une audience de la Commission vérité il y a deux semaines.

JusticeInfo a contacté trois dirigeants des FARC, dont Alape, pour connaître leur point de vue sur la question, mais n’a reçu aucune réponse.

« Jusqu’à présent, leur attitude ne répond pas aux normes internationales, car ils insistent toujours sur le fait qu’il y avait des explications pour ce qu’ils ont fait, ce qui est inacceptable. Ils ne devraient pas justifier leurs actions », dit Ximena Ochoa. Cette perception très répandue a rendu plus difficile l’accès d’un large public aux quelques expressions encore solitaires de regrets. Lorsque Rodrigo Londoño s’est rendu dans la ville de San Adolfo, à Huila, il y a trois semaines, pour demander pardon pour le siège brutal de 2001 perpétré par cette guérilla, aucun organe d’information national ne l’a couvert. Il n’a même pas publié ou tweeté son discours ce jour-là. La plupart des victimes n’en ont jamais entendu parler.

« Dans une telle période d’instabilité, ils doivent montrer qu’ils sont fermement convaincus de ce qu’ils ont signé et de ce qu’ils veulent, dit Sebastián Arismendy. Comment le démontrer ? En reconnaissant ce qu’ils ont fait et en demandant pardon. »

Partager
Abonnez-vous à la newsletter