Pologne


    Pologne : le pouvoir s’en prend à l’écriture de l’histoire et à l’indépendance de la justice
    06.02.18
    Pierre Hazan, conseiller éditorial de JusticeInfo.net et professeur à l'université de Neuchâtel

    Après la mise au pas de la justice et les pressions sur les médias, le pouvoir polonais veut réglementer l’écriture de l’histoire de la 2ème guerre mondiale. Une dérive autoritaire qui inquiète l’Union européenne. Le 27 janvier dernier a marqué la 73ème commémoration de la libération du camp d’Auschwitz. L’avant-veille, le sénat polonais, avait adopté par 57 voix contre 23 et deux abstentions une loi mémorielle qui punit jusqu’à 3 ans de prison, les personnes qui évoqueront les « camps de la mort polonais » ou « attribueront une responsabilité ou une coresponsabilité à la nation ou à l’Etat...

    Lire la suite

    Holocauste: la Pologne aux prises avec un imbroglio de vraies-fausses accusations
    01.02.18
    AFP

    La Pologne, principal théâtre du génocide des Juifs perpétré par les Allemands, cherche encore et toujours à rejeter les accusations de complicité, ce qui lui vaut d'être soupçonnée de vouloir nier toute participation de Polonais à la Shoah. Ainsi, une loi préparée par le gouvernement conservateur nationaliste de Varsovie, destinée selon ses auteurs à combattre l'injuste et inexacte expression "camps de la mort polonais", inquiète les Israéliens et leurs alliés américains. Ils y entrevoient une tentative de faire oublier, voire de nier, par la même occasion, le rôle individuel de nombreux Polonais dans l'extermination des Juifs. Mercredi, le département d'État américain a averti...

    Lire la suite

    L'expression "camps polonais" interdite en Pologne ?
    15.02.16
    AFP

     Le nouveau gouvernement conservateur à Varsovie envisage l'introduction d'une peine allant jusqu'à cinq ans de prison pour l'utilisation de l'expression "camps polonais" à propos de camps nazis en Pologne, a indiqué lundi un vice-ministre de la Justice, Patryk Jaki. "Stop à l'attribution à la Pologne du rôle de l'auteur de l'Holocauste", a martelé devant la presse M. Jaki, en précisant que son ministère voulait aussi faire inscrire dans la Constitution "la protection légale du bon renom de la République de Pologne et de la nation polonaise". Utilisée parfois par des médias et des hommes politiques étrangers à propos des camps de concentration et de la mort installés par l'Allemagne...

    Lire la suite