02.10.09 - TPIR/SYNTHESE HEBDOMADAIRE - UN ANCIEN MAIRE PLAIDE NON COUPABLE, TROIS ACCUSES EN APPEL

Arusha, 2 octobre 2009 - Grégoire Ndahimana, l'ancien maire de Kivumu (Ouest du Rwanda), a plaidé lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) non coupable des quatre chefs d'inculpation de génocide et crimes contre l'humanité qui lui sont reprochés. 
1 min 28Temps de lecture approximatif

Rashida Khan, la juge présidente de la cour, a ordonné au greffe de fixer une date pour le début du procès.

Ndahimana a été arrêté en République démocratique du Congo, puis transféré à Arusha le 21 septembre dernier. Il figure sur la liste des treize fugitifs pour lesquels le gouvernement américain a promis une récompense de 5 millions de dollars à quiconque donnerait des informations conduisant à leur arrestation.

Par ailleurs, la chambre d'appel du TPIR a entendu cette semaine les appels de trois accusés : Protais Zigiranyirazo, ancien beau-frère du défunt président Habyarimana ; Siméon Nshamihigo, ancien procureur adjoint de Cyangugu ; et Simon Bikindi, ancienne vedette de la chanson rwandaise. Les juges doivent encore fixer les dates auxquelles ils rendront leurs verdicts.

Dans une autre affaire, un enquêteur du TPIR, André Delvaux, a conclu mercredi un témoignage de six jours : il a tenter de démontré comment l'accusé, l'ancien ministre du plan Augustin Ngirabatware, avait participé à des tueries sur des barrages et en différents lieux, et répandu la parole du génocide. Il l'a également accusé d'avoir détourné des fonds destinés à des programmes de développement pour acheter des armes aux miliciens interahamwe.

Enfin, la vingt-deuxième assemblée plénière des juges du TPIR a adopté une nouvelle règle pour conserver les preuves et les témoignages des témoins du génocide de 1994. La règle 71 bis permettra de sécuriser les dépositions de témoins afin qu'elles puissent être utilisées ultérieurement quand les suspects auront été arrêtés.

SC/GF   

© Agence Hirondelle