09.03.05 - TPIR/MUVUNYI - UNE SEMAINE DE DEBATS A HUIS CLOS

Arusha, 8 mars 2005 (FH) - Depuis le début du procès de l’ancien commandant de l’Ecole des sous-officiers (ESO) de Butare (sud du Rwanda), le colonel Tharcisse Muvunyi, le 28 février dernier devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), les audiences se déroulent à huis clos pour des raisons de protection des témoins à charge.

Le colonel Muvunyi, 52 ans, répond de génocide ou complicité dans le génocide, incitation directe et publique à commettre le génocide et de crimes contre l'humanité (viol, autres actes inhumains).

0 min 51Temps de lecture approximatif

Il plaide non coupable.

Le procureur en est à son deuxième témoin. Il compte citer à barre un total d’environ quarante témoins avant de clore son accusation. De ceux là, une vingtaine viendront étayer les allégations de viols portées contre l’accusé.

Le parquet allègue que le colonel Muvunyi «a été vu en train d'ordonner à des militaires de l'ESO d'aller enlever les Tutsis qui étaient à l'hôpital universitaire (de Butare) pour ensuite les tuer ».
Il n'avait rien fait pour punir les militaires coupables de viol de femmes tutsies, selon l’accusation.

Le procès Muvunyi se déroule devant une chambre présidée par le juge sri lankais Joseph Asoka da Silva. Il est défendu par un avocat américain, Me Williams Taylor.

GA/AT/GF/FH (MV’’’0308A)