26.11.09 - RWANDA/France - UN SUSPECT DE GENOCIDE TRANSFERE DE LA REUNION A PARIS

Arusha, 26 novembre 2009 (FH) - Le capitaine Pascal Simbikangwa, un Rwandais inculpé dans l'île française de Mayotte pour génocide, a été transféré le 20 novembre dans une prison parisienne depuis La Réunion, autre île française de l'océan Indien où il avait été incarcéré, a-t-on appris jeudi.
1 min 29Temps de lecture approximatif

Inculpé le 16 avril à Mayotte pour son rôle présumé dans le génocide perpétré contre les Tutsis en 1994, cet ancien gendarme, qui se déplace en fauteuil roulant, avait dans un premier temps été transféré début juillet à La Réunion dont la prison dispose d'une unité médicalisée.

Il a été transféré à Paris à la demande des juges d'instruction parisiens qui ont repris l'affaire, a rapporté l'AFP citant Marc Brisset-Foucault, procureur près le tribunal supérieur d'appel (TSA) de Mayotte, équivalent d'une cour d'appel.

Né en 1959, Pascal Simbikangwa avait été interpellé en octobre 2008 à Mayotte dans une affaire de trafic de faux papiers, puis identifié comme étant recherché par Interpol pour son implication présumée dans le génocide.

Le parquet du TSA avait ouvert une enquête préliminaire avant que le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), une association de droit français, ne dépose une plainte et qu'une information judiciaire ne soit ouverte à Mayotte.

Toutes les enquêtes judiciaires -- une dizaine -- visant des Rwandais installés en France pour leur rôle présumé dans le génocide ont été centralisées à Paris.

A ce jour, trois Rwandais ont été inculpés en France pour des faits liés au génocide: outre Pascal Simbikangwa, qui est le seul détenu, l'ancien curé de la paroisse de la Sainte-Famille à Kigali, l'abbé Wenceslas Munyeshyaka et l'ancien préfet de Gikongoro (sud du Rwanda) Laurent Bucyibaruta sont également mis en examen, respectivement depuis 1995 et 2000.

ER/GF

© Agence Hirondelle