11.02.10 - TPIR/KAREMERA - UN CONDAMNE EXIGE LA VERSION FRANCAISE DE SON JUGEMENT EN APPEL

Arusha, 11 février 2010 (FH) - Un ancien dignitaire condamné définitivement à la perpétuité par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), l'ex-préfet de Kigali rural, François Karera, s'est plaint jeudi de ne pas avoir reçu la version française de son jugement en appel, rendu il y a une année.
1 min 44Temps de lecture approximatif

La peine imposée en première instance à l'ancien responsable administratif a été confirmée en appel le 02 février 2009.

« Il y a une année et je ne sais toujours pas ce qui est écrit dans le jugement », a indiqué M.Karera, avant d'entrer dans le vif de sa déposition pour la défense de Joseph Nzirorera, un des dirigeants de l'ex-parti présidentiel rwandais.

Le condamné a affirmé que la chambre d'appel lui avait pourtant promis, le jour du prononcé, que la version française de l'arrêt serait disponible dans un délai de trois semaines. « Depuis lors, j'ai écrit plusieurs fois ; mais je n'ai toujours pas reçu cette version », a accusé l'ex-préfet qui, comme tous les condamnés du TPIR, veut tenter une procédure en révision.

Au TPIR, les jugements sont, dans la presque totalité des cas, d'abord rédigés en anglais pour ensuite être traduits en français alors que la plupart des accusés, tels Karera, ne comprennent pas la langue de Shakespeare.

François Karera, actuellement emprisonné au Bénin, est le troisième détenu du TPIR à venir témoigner en faveur de Nzirorera après l'ex-maire de Mukingo (nord), Juvénal Kajelijeli, condamné définitivement à 45 ans de prison et l'ancien chef d'Etat-major de l'armée, le général Augustin Bizimungu, qui attend le verdict de la chambre de première instance.

Lorsqu'ils sont appelés à déposer dans d'autres procès, les détenus du TPIR en profitent pour attirer l'attention du tribunal sur leurs propres dossiers.

Secrétaire général du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND) en 1994, Nizorera est jugé avec Mathieu Ngirumpatse et Edouard Karemera, respectivement ancien président et ancien vice-président du parti.

Accusés de crimes de génocide et de crimes contre l'humanité, les trois hommes clament leur innocence.

ER/GF

© Agence Hirondelle