26.03.10 - TPIR/SYNTHESE HEBDO - L’ABBE NSENGIMANA ACCUEILLI EN ITALIE, BAGOSORA DEPOSE SON APPEL

Arusha, 26 mars 2010 (FH) - L'abbé Hormisdas Nsengimana, acquitté par Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a été accueilli mardi matin en Italie tandis que le colonel Théoneste Bagosora, condamné à la perpétuité en première instance, a déposé son mémoire d'appel mercredi.
1 min 37Temps de lecture approximatif

Le départ de l'abbé Nsengimana couronne des tractations diplomatiques entre l'administration du tribunal et l'ambassade d'Italie en Tanzanie. Selon le porte-parole du TPIR, Roland Amoussouga, le prêtre devrait poursuivre ses activités ecclésiastiques dans une paroisse du nord de l'Italie.

Hormisdas Nsengimana était, pendant le génocide de 1994, directeur du Collège Christ-Roi de Nyanza (sud), une des écoles secondaires les plus anciennes et les plus prestigieuses du Rwanda.

Acquitté le 17 novembre 2009, il était poursuivi pour génocide, assassinats et extermination. L'homme d'église était accusé d'avoir supervisé les tueries de Tutsis dans son propre collège et ses environs. L'accusation soutenait en particulier qu'il avait été impliqué dans le meurtre de plusieurs femmes et prêtres tutsis.

Mercredi, l'ex-directeur de cabinet au ministère de la Défense, le colonel Théoneste Bagosora, a déposé un mémoire d'appel de 65 pages dans lequel il demande l'acquittement ou, à défaut, un nouveau procès.

L'appelant soutient, entre autres arguments, avoir été privé en première instance, d'un témoignage fondamental, en l'occurrence celui de l'actuel ministre rwandais de la Défense, le général Marcel Gatsinzi qui fut chef d'état-major intérimaire de l'armée rwandaise durant les 10 premiers jours du génocide. Bagosora, qui avait demandé l'audition de son ancien compagnon d'armes soutient, dans son mémoire d'appel, que la chambre aurait dû contraindre le ministre à venir témoigner.

C'est par ailleurs la dernière ligne droite pour la défense de Jean-Baptiste Gatete, ancien faut fonctionnaire au ministère de la Famille et de la promotion féminine. Les deux derniers témoins à décharge sont attendus à la barre la semaine prochaine. Gatete est accusé d'avoir organisé et supervisé le génocide dans plusieurs communes de l'est du Rwanda, parmi lesquelles celle de Murambi, dont il est originaire.

ER/GF

© Agence Hirondelle