08.06.10 - TPIR/KAREMERA - POURSUITES CONTRE UN AVOCAT SOLIDAIRE DE SON CONFRERE ARRETE AU RWANDA

Arusha, 08 juin 2010 (FH) - Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a décidé mardi de poursuivre, pour outrage à la cour, l'avocat Peter Robinson, qui refusait d'interroger un témoin en guise de protestation contre la détention à Kigali de son confrère, Peter Erlinder.
1 min 36Temps de lecture approximatif

« La chambre engagera contre votre personne une procédure pour outrage à la cour », a déclaré le juge président, Dennis Byron, s'adressant à Me Robinson, de nationalité américaine comme Erlinder.

C'est la première fois qu'un avocat va être poursuivi pour son comportement devant le TPIR. L'outrage à la cour est puni au TPIR d'une amende de 10.000 dollars américains ou d'une peine d'emprisonnement de 5 ans au maximum, voire des deux.

Un tribunal de Kigali a ordonné lundi le maintien en détention provisoire de Peter Erlinder, accusé par la justice rwandaise de nier, à travers ses discours et écrits, la réalité du génocide des Tutsi de 1994.

L'avocat américain a été arrêté le 28 mai dans la capitale rwandaise où il était arrivé pour participer à la défense de l'opposante Victoire Ingabire, elle- même poursuivie pour négation du génocide des Tutsi.

Pour Me Robinson, l'arrestation de son confrère et concitoyen n'est qu'une façon d'intimider les avocats de la défense au TPIR, ce que contestent les autorités rwandaises.

Devant le refus de l'avocat d'interroger le témoin, dans la matinée, les juges lui avaient donné un avertissement, dans l'espoir qu'il reviendrait sur sa décision.

Mais à la reprise de l'audience, mardi après-midi, l'avocat américain, connu pour sa pugnacité, a déclaré qu'il avait demandé au greffe, l'organe administratif du TPIR, à pouvoir se retirer « pour des raisons personnelles et professionnelles ». Il a indiqué qu'il devait consulter le barreau de Californie dont il est membre.

« Il est tout à fait clair que vous n'avez pas obtempéré aux directives de la chambre », s'est indigné le juge président.

La chambre a donné à Me Robinson jusqu'au 18 juin pour trouver un conseil en vue de la procédure qui va être engagée contre lui.

ER/GF

© Agence Hirondelle