14.09.10 - TPIR/NDAHIMANA - DES GENDARMES ACCUSES D'AVOIR PARTICIPE A L'ATTAQUE CONTRE UNE EGLISE

Arusha, 14 septembre 2010 (FH) - Un rescapé du génocide entendu mardi par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a accusé la police communale et la gendarmerie d'avoir participé, en avril 1994, à l'attaque contre les Tutsis qui avaient cherché refuge dans l'église de Nyange (Ouest).
1 min 16Temps de lecture approximatif

« Alors que nous jetions des pierres aux assaillants, des policiers en armes ont tiré sur nous. Des gendarmes également armés sont venus à l'église sous prétexte de protéger les réfugiés, mais se sont joints aux assaillants pour nous attaquer », a raconté le survivant désigné par le nom de code CBI.

Le rescapé déposait dans le procès de Grégoire Ndahimana, l'ex-maire de la commune Kivumu, dans laquelle se trouvait l'église catholique de Nyange.

Selon cette déposition, Ndahimana et d'autres notables de l'endroit ont assisté à l'attaque contre l'église. « Ils étaient avec le prêtre de la paroisse (l'abbé Athanase Seromba) observant ce qui se passait », a affirmé CBI.

L'abbé Seromba a été condamné à la perpétuité pour le massacre de Nyange dans lequel périrent environ 2.000 Tutsis lorsque l'église fut rasée par un bulldozer.

« Il y avait tellement de morts que je ne pouvais même pas les compter », a raconté CBI, soulignant avoir réussi à aller se cacher dans la cuisine du presbytère.

Le procès se poursuit mercredi.

Ndahimana, qui clame son innocence, est inculpé de génocide et extermination.

L'ancien responsable administratif a été arrêté le 10 août 2009 au Nord-Kivu, une province de l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

FK/ER/GF   

© Agence Hirondelle