22.09.10 - TPIR/KAREMERA - UNE BELLE-FILLE BELGE DE L'EX-PRESIDENT KAYIBANDA DEFEND NGIRUMPATSE

Kigali, 22 septembre 2010 (FH) -  Bénédicte Van Cutsem, belle-fille belge de l'ex-président rwandais, Grégoire Kayibanda, a affirmé mercredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) que Mathieu Ngirumpatse, ex-président du MRND, avait sauvé plusieurs vies humaines pendant le génocide des Tutsis en 1994.
1 min 27Temps de lecture approximatif

Kayibanda fut renversé en juillet 1973 par le coup d'Etat qui porta au pouvoir le général Juvénal Habyarimana, dont l'assassinat le 6 avril 1994 est considéré comme l'élément déclencheur du génocide.

Juriste de formation, Ngirumpatse était également, en 1994, conseiller à la présidence chargé des affaires extérieures.

Mariée à Hildebrand, l'un des fils de Kayibanda, le témoin, enseignante à la Faculté de médecine de l'Université nationale du Rwanda (UNR) de 1992 à 1994, a affirmé que l'ex-président du MRND avait pu, de par ses fonctions, sauver des Tutsis menacés, parmi lesquels des proches de Bénédicte Van Cutsem.

Elle a expliqué que pour cela Ngirumpatse avait mis à profit son vaste réseau de connaissances, notamment au sein de l'armée. Selon ce  témoin qui a quitté le Rwanda le 9 avril 1994, l'accusé n'aurait pas pu sauver ces personnes s'il avait claqué la porte du gouvernement intérimaire.

 Le procureur reproche à l'ancien dirigeant de ne pas s'être désolidarisé du gouvernement en place pendant le génocide.

Le témoin a par ailleurs décrit Ngirumpatse comme un homme qui ne pratiquait pas de discrimination ethnique ou politique.

Elle a cependant admis, en contre-interrogatoire, ne l'avoir vu pour la première fois que le 14 juillet 1993, lors de son mariage avec Hildebrand Kayibanda.

Inculpés de crimes de génocide et de crimes contre l'humanité, Ngirumpatse et son co-accusé, l'ancien vice-président du MRND, Edouard Karemera, répondent surtout de crimes commis en 1994 par des membres de leur parti, surtout l'aile jeunesse de la formation politique, les Interahamwe.

Ils clament leur innocence.

NI/FK-ER/GF

© Agence Hirondelle