28.09.10 - TPIR/KAREMERA - UN MILITANT DES DROITS DE L'HOMME DEFEND DEUX DIRIGEANTS DU MRND

Kigali, 28 septembre 2010 (FH) -  Un militant des droits de l'homme rwandais condamné pour génocide par la justice de son pays a affirmé mardi que les deux anciens dirigeants du MRND en procès au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) étaient incapables d'arrêter les massacres de Tutsis en 1994.
1 min 10Temps de lecture approximatif

François-Xavier Byuma, actuellement détenu dans une prison de Kigali, était président de l'association Turengere abana (Protégeons les enfants, en langue rwandaise).

Cité pour la défense de Mathieu Ngirumpatse, ancien président du MRND, le témoin a affirmé que les responsables civils et militaires ainsi que la population étaient sur les routes, fuyant l'avancée des rebelles du Front patriotique rwandais (FPR) actuellement au pouvoir.

Le gouvernement n'avait pas les moyens d'arrêter le génocide, a-t-il ajouté.

Contre-interrogé sur sa part de responsabilité dans le génocide, le témoin a clamé son innocence, affirmant avoir été condamné par la justice rwandaise sur la foi de faux témoignages.

Le procès se poursuivra mercredi avec l'audition d'un autre témoin de Ngirumpatse, qui comparaît avec l'ancien vice-président du MRND, Edouard Karemera qui a bouclé sa défense.

Accusés de crimes de génocide et de crimes contre l'humanité, les deux anciennes personnalités plaident non coupables.

Le procureur les poursuit notamment pour des exactions commises en 1994 par des membres de leur parti, en particulier les jeunes. Ils rétorquent que l'accusation n'a pas prouvé l'existence de liens de subordination entre eux et les auteurs matériels de ces crimes.

NI/ER/GF

 © Agence Hirondelle