15.10.10 - TPIR/SYNTHESE HEBDOMADAIRE - DECES D'UN CONDAMNE, AUDITION DE L'EPOUSE D'UN ACQUITTE

Arusha, 15 octobre 2010 (FH) - La semaine qui s'achève a été marquée au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) par le décès d'un condamné à la perpétuité et le témoignage de l'épouse d'un ancien ministre acquitté.
1 min 32Temps de lecture approximatif

Vice-président national de la milice Interahamwe pendant le génocide des Tutsis de 1994, Georges Rutaganda, 52 ans, est mort lundi au Bénin des « complications soudaines d'une longue maladie », selon un communiqué du tribunal.

Rutaganda était détenu au Bénin depuis juin 2009 en vertu d'un accord entre ce pays d'Afrique occidentale et les Nations Unies.

Toujours lundi, l'ex-ministre de la Jeunesse Callixte Nzabonimana a cité à l'appui de sa défense d'alibi l'épouse de son ancien collègue des Transports, André Ntagerura, acquitté par la juridiction.

Faute de pays d'accueil, Ntagerura vit dans une « maison sécurisée » au siège du tribunal.

Alors que l'accusation soutient que Nzabonimana se trouvait à Nyabikenke (centre), sa commune natale, au cours de la période du 7 au 11 avril 1994, occupé à organiser les massacres de Tutsis, l'accusé affirme qu'il était à Kigali, précisément à l'ambassade de France. Lors de sa brève déposition lundi après-midi, Léoncie Bongwa, l'épouse de Ntagerura, a appuyé la thèse de la défense.

Le procès se poursuivra la semaine prochaine ainsi d'ailleurs que celui de deux anciens dirigeants du MRND, suspendu depuis le 30 septembre.

L'ex-président du MRND, Mathieu Ngirumpatse qui a déjà fait comparaître 15 témoins, poursuivra sa défense.

Mais la semaine sera surtout marquée par les jugements de la chambre d'appel mercredi dans les procès de l'abbé Emmanuel Rukundo et de Callixte Kalimanzira, ancien haut fonctionnaire au ministère de l'Intérieur.

L'homme d'église et l'ingénieur agronome ont été condamnés respectivement à 25 ans et 30 ans d'emprisonnement en première instance.

Jeudi, la chambre d'appel entendra les arguments du lieutenant-colonel Tharcisse Muvunyi, qui s'est vu infliger 15 ans de réclusion au premier degré.

ER/GF

© Agence Hirondelle