26.10.10 - TPIR/SUEDE-MICHEL BAGARAGAZA A ETE TRANSFERE DANS UNE PRISON SUEDOISE EN JUILLET DERNIER

Arusha, 26 octobre 2010 (FH) -  Michel Bagaragaza, un proche de l'ex-président Juvénal Habyarimana, condamné à 8 ans de prison par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a été transféré dans une prison suédoise, a-t-on appris mardi de source officielle.
2 min 4Temps de lecture approximatif

Ce transfert, tenu secret jusque-là, a été révélé mardi à l'agence Hirondelle par le porte-parole du TPIR, Roland Amoussouga.

« Je vous confirme que suite à une décision confidentielle du président du TPIR du 28 juin 2010 portant désignation de la Suède comme Etat d'exécution du restant de la peine de M. Bagaragaza, les services compétents du greffe ont assuré son transfert en Suède le 19 juillet 2010 », a indiqué M. Amoussouga.

L'ex-patron de la filière thé au Rwanda a été acheminé « vers une prison située à quelques centaines de kilomètres de Stockholm », la capitale suédoise, a précisé le porte-parole du TPIR.

Bagaragaza est le premier condamné du TPIR à être envoyé purger sa peine en Suède, l'un des pays ayant signé avec les Nations Unies l'accord sur l'exécution des peines.

Avant son transfert d'Arusha, la petite ville tanzanienne abritant le siège du TPIR, cet ancien proche d'Habyarimana, qui craignait pour sa sécurité, vivait séparé des autres détenus

Il avait en effet témoigné contre d'autres anciennes personnalités qui étaient poursuivies par le TPIR, parmi lesquelles Protais Zigiranyirazo, beau-frère de l'ex-président.

La déposition de Bagaragaza, présenté comme « un témoin clé » dans l'affaire Zigiranyirazo, n'avait pourtant pas convaincu les juges, puisque le parent de l'ex-chef de l'Etat a été acquitté en appel en novembre 2009.

Ses craintes, Bagaragaza les avait exprimées avant même sa reddition le 15 août 2005, raison pour laquelle il avait été transféré trois jours plus tard dans un centre de détention à La Haye, dans le cadre d'un « arrangement » avec le bureau du procureur.

Hassan Bubacar Jallow, le procureur en chef du TPIR, espérait ainsi pouvoir le faire comparaître, en échange de sa collaboration, devant un tribunal européen. Mais suite à l'échec des tentatives de le faire juger d'abord en Norvège, puis aux Pays, l'ingénieur agronome a été renvoyé malgré lui à Arusha, en mai 2008.

Restait alors pour les deux parties à « l'arrangement » à négocier un accord de plaidoyer de culpabilité. Le 17 septembre 2009,  au terme de laborieuses discussions qui ont fait craindre à un moment donné le divorce entre les deux parties,  Bagaragaza  a reconnu sa responsabilité devant les juges.

La sentence a été prononcée le 5 novembre, 11 jours avant l'acquittement de son ancien ami, Zigiranyirazo.

ER/GF

© Agence Hirondelle