12.11.10 - TPIR/SYNTHESE HEBDOMADAIRE - GATETE ATTEND LE VERDICT DE LA CHAMBRE

Arusha, 12 novembre 2010 (FH) - Le principal événement de la semaine au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a été le réquisitoire du procureur dans le procès de Jean-Baptiste Gatete, ancien haut fonctionnaire du gouvernement rwandais.
1 min 43Temps de lecture approximatif

Drew White, de la poursuite, a requis lundi la prison à perpétuité, peine maximale imposable au TPIR.

A l'appui de son réquisitoire, M.White a indiqué que plusieurs témoins oculaires crédibles avaient décrit la responsabilité de l'accusé dans les massacres de Tutsis, surtout dans sa commune natale Murambi, située dans la préfecture de Byumba (nord-est).

Inculpé de crimes de génocide et de crime contre l'humanité, Gatete, ingénieur agronome de formation, était, en 1994, directeur au ministère de la Famille et de la promotion féminine, un poste auquel il avait été nommé une année auparavant après avoir dirigé d'une main de fer la commune Murambi.

Gatete avait été relevé de ses fonctions en même temps que d'autres maires alors accusés, comme lui, de persécuter leurs administrés tutsis.

Le procureur soutient que l'accusé continuait, en 1994, d'exercer son influence sur la police communale, les milices et les gendarmes, non seulement dans la préfecture de Byumba, mais aussi dans celle, voisine, de Kibungo (est).

Ce que conteste Gatete. Son avocate, Marie-Pierre Poulain, a demandé l'acquittement de son client, soutenant que les charges n'avaient pas été établies au-delà de tout doute raisonnable.

Elle a dénoncé une accusation faite de raccourcis et de contradictions.

Dans le procès de Grégoire Ndahimana, ex-maire de Kivumu (ouest du Rwanda), d'accablants témoignages ont été entendus cette semaine. Parmi ces dépositions, figure celle du témoin CNT, un génocidaire repenti qui a accusé jeudi l'ex-maire d'avoir récompensé les tueurs qui venaient de massacrer près de 2.000 Tutsis dans une église de la commune, à la mi-avril 1994.

Selon lui, Ndahimana leur a donné les vaches des Tutsis tués. Le procès se poursuivra la semaine prochaine.

Dans l'affaire MRND, six témoins de la défense de l'ex-président du parti, Mathieu Ngirumpatse, ont défilé cette semaine et d'autres sont attendus la semaine prochaine.

Toujours au programme de la semaine prochaine, l'ex-ministre du Plan, Augustin Ngirabatware, entame sa défense lundi.

ER/GF

© Agence Hirondelle