19.11.10 - RWANDA/NDAHIMANA - L'ACCUSATION CLOSE DANS LE PROCES DE L'EX-MAIRE NDAHIMANA

Arusha,  19 novembre 2010 (FH) -  Le procureur a clos son accusation vendredi dans le procès de l'ex-maire Grégoire Ndahimana, jugé devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pour génocide et crime contre l'humanité, a constaté l'agence Hirondelle.
1 min 32Temps de lecture approximatif

Ndahimana qui dirigeait la commune de Kivumu, dans l'ancienne préfecture de Kibuye (ouest), est notamment accusé d'avoir organisé et supervisé le massacre d'environ 2.000 Tutsis qui avaient cherché refuge à l'église catholique de Nyange située dans son entité administrative.

Au terme de la déposition du quatorzième et dernier témoin à charge, la chambre a fixé l'ouverture de la défense au 17 janvier 2011.

Interrogé par l'agence Hirondelle, Me Bharat Chadha, l'avocat principal tanzanien de l'ex-responsable administratif, a indiqué qu'il disposait d'une liste de 40 témoins mais n'a pas exclu une réduction éventuelle de ce nombre.

Les réfugiés de Nyange ont été massacrés le 16 avril 1994 lorsque l'église dans laquelle ils s'étaient retranchés à été démolie par un bulldozer sur ordre, selon la poursuite, de l'ex-maire et d'autres figures en vue de l'endroit parmi lesquelles le vicaire de la paroisse l'abbé Athanase Seromba condamné définitivement à la perpétuité.

Un autre notable de Nyange, l'homme d'affaires Gaspard Kanyarukiga, s'est vu infliger le 1er novembre en première instance 30 ans de prison pour le même carnage.

La dernière personne inculpée par le TPIR pour le massacre de Nyange est Fulgence Kayishema alors inspecteur de police judicaire pour la commune Kivumu. Kayishema est toujours en fuite et le procureur a dernièrement demandé pour la deuxième fois que son dossier soit renvoyé pour jugement devant la justice rwandaise.

Né en 1952, l'ex-maire a été arrêté le 10 août 2009 dans un camp de réfugiés dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) et transféré 11 jours plus tard au centre de détention du TPIR à Arusha, en Tanzanie. Son procès a démarré le 6 septembre.

FK/ER/GF

© Agence Hirondelle