06.12.10 - TPIR/HATEGEKIMANA - UN LIEUTENANT DE L’ANCIENNE ARMEE RWANDAISE CONDAMNE A LA PERPTEUITE

Arusha, 06 décembre 2010 (FH) - Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a condamné lundi à la prison à vie un lieutenant de l'ancienne armée rwandaise reconnu coupable de génocide et de crimes contre l'humanité.
1 min 43Temps de lecture approximatif

Le lieutenant Ildephonse Hategekimana commandait en 1994 le camp militaire de Ngoma, dans la banlieue de la petite ville de Butare, dans le sud du Rwanda.

« La chambre condamne l'accusé à la peine d'emprisonnement à vie », a déclaré la juge présidente malgache de la chambre, Arlette Ramaroson.

L'ancien  officier a été reconnu coupable de génocide, assassinat et viol.

Il a été condamné notamment pour avoir ordonné la sélection, l'enlèvement et le massacre de Tutsis dans un couvent de religieuses près de son camp, le 30 avril.

La chambre a par ailleurs conclu qu'il avait cautionné et encouragé des actes de viols.

Interrogé à la sortie de la salle d'audience, l'avocat du lieutenant, le Camerounais Jean de Dieu Momo, a fait part de son intention de faire appel.

« Nous n'avons perdu qu'une bataille. C'est notre devoir et notre droit de faire appel », a indiqué l'avocat à l'agence Hirondelle.

Pour sa part, le représentant du procureur, William Egbe, également camerounais, a trouvé dans le jugement « une victoire de la justice internationale ».

L'épouse du lieutenant était présente dans la galerie du public ainsi que ses deux enfants qui n'ont pu retenir leurs larmes lorsque le verdict est tombé.

Hategekimana a été arrêté au Congo Brazzaville le 16 février 2003 et transféré au centre de détention du TPIR trois jours plus tard.

Il était initialement inculpé avec deux autres officiers basés à Butare, pendant le génocide, dont le capitaine Ildephonse Nizeyimana qui était commandant en second de l'Ecole des sous-officiers (ESO) dans la même ville.

Selon la défunte spécialiste du Rwanda Alison Des Forges, le lieutenant Hategekimana et le capitaine Nizeyimana s'étaient partagés les « zones de travail » pendant le génocide. Elle a ainsi écrit, dans « Aucun témoin ne doit survivre » : « Hategekimana et ses troupes devaient tuer les Tutsi, à Ngoma, à Matyazo et dans d'autres secteurs contigus » tandis que « Nizeyimana et les militaires de l'ESO tuaient dans centre de la ville de Butare, y compris dans le quartier résidentiel de Buye ».

ER/GF

© Agence Hirondelle