08.12.10 - TPIR/ONU-KENYA,ZIMBABWE ET RDC APPELES A COOPERER POUR L’ARRESTATION DES ACCUSES EN FUITE

Arusha, 08 décembre 2010 (FH) - Le procureur du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) Hassan Bubacar Jallow exhorte la République démocratique du Congo (RDC), le Kenya et le Zimbabwe à « intensifier » leurs efforts en vue de l'arrestation des 10 accusés en fuite, apprend-on mercredi.
2 min 27Temps de lecture approximatif

Parmi eux, figurent le milliardaire Félicien Kabuga, l'ancien ministre de la Défense Augustin Bzimana et l'ancien commandant du bataillon de la garde de la présidentielle (GP) le major Protais Mpiranya. Tous les trois sont considérés par le procureur comme des inculpés « de haut niveau ».

Prononcé lundi devant le Conseil de sécurité de l'ONU à New York, l'appel du magistrat gambien a été publié mercredi sur le site internet du TPIR basé à Arusha, dans le nord de la Tanzanie.

« Il est nécessaire que les gouvernements de la RDC, du Kenya et du Zimbabwe ainsi que des Etats voisins intensifient la coopération et la recherche des 10 fugitifs qui se trouvent tous, selon nos sources, en Afrique de l'est, centrale et australe », indique Jallow dans ce discours en anglais.

Selon lui, Kabuga mène des affaires florissantes au Kenya.

Jallow a annoncé devant le Conseil de sécurité que le Kenya et le TPIR avaient décidé lors d'une rencontre le mois dernier de relancer leur équipe conjointe d'investigations qui « devra déposer son rapport dans trois mois ».

« J'espère sincèrement que la promesse de coopération renouvelée aidera nos enquêteurs et conduira à une fin heureuse dans cette affaire », a-t-il indiqué.

L'appel adressé au Zimbabwe concerne le major Protais Mpiranya qui commandait la Garde présidentielle (GP), l'unité militaire qui fut la plus active dans les massacres.

« Il y a des indications selon lesquelles Mpiranya a des connexions avec ce pays et y a résidé à plusieurs reprises », a affirmé Jallow, exhortant Harare à placer parmi ses premières priorités la recherche de l'officier en fuite.

« La majorité des fugitifs du TPIR ont été localisés en RDC. (...) En dépit d'efforts réguliers de la part de mes services, il y a eu peu de progrès de ce côté », a poursuivi le procureur du TPIR.

Dans son discours, Jallow a par ailleurs appelé les Etats à accueillir et juger des dossiers du TPIR pour aider le tribunal à mettre en application sa stratégie de fin de mandat qui prévoit la fin des procès en première instance l'année prochaine.

Après cinq tentatives infructueuses, le procureur a déposé au début du mois dernier trois nouvelles requêtes pour le transfert d'accusés vers la justice rwandaise.

Ces demandes concernent le pasteur Jean Uwinkindi, entre les mains du tribunal, ainsi que deux accusés en fuite.

Jallow a par ailleurs annoncé qu'il allait, dans les prochains mois, déposer des demandes de renvois vers des juridictions nationales des dossiers concernant cinq autres accusés en fuite.

Il a, une nouvelle fois, souligné qu'il tenait à ce que Kabuga, Mpiranya et Bizimana soient jugés au TPIR s'ils venaient à être arrêtés. S'ils sont appréhendés après la fermeture du tribunal, ils devraient comparaître devant « le mécanisme résiduel », une structure encore à l'étude aux Nations Unies.

ER/GF

 © Agence Hirondelle