25.02.11 - TPIR/NIZEYIMANA - L'ACCUSATION BOUCLEE DANS L'AFFAIRE NIZEYIMANA

Arusha, 25 février 2011 (FH) - Le trente-huitième et dernier témoin à charge dans le procès du capitaine Ildephonse Nizeyimana, en jugement au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a terminé son témoignage vendredi à la mi-journée, a constaté l'agence Hirondelle.
1 min 17Temps de lecture approximatif

Originaire du nord du Rwanda, le capitaine, aujourd'hui âgé de 49 ans, a été inculpé pour crimes de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

Considéré comme un proche de l'ex-président Juvénal Habyarimana, l'officier était basé, en 1994, à l'Ecole des sous-officiers (ESO) située dans la cité universitaire de Butare (sud). Le procureur soutient que l'accusé était le numéro deux de cette école militaire, ce que le capitaine nie.

Depuis le début du procès le 17 janvier, plusieurs témoins l'ont accusé de crimes aussi divers que graves. Transformation de l'ESO en quartier- général des génocidaires ; mise en place au sein de l'école d'une unité spéciale chargé de tuer les Tutsis civils ou militaires ; ordre de tuer la reine Rosalie Gicanda - icône de la monarchie tutsie-, un meurtre qu'il aurait fêté en payant de la bière à profusion ; ordre de tuer des orphelins, etc.

Nizeyimana, qui rejette toutes ses allégations, passera à la contre-attaque le 9 mai prochain, selon le nouveau calendrier de la chambre.

Le capitaine été arrêté le 5 octobre 2009 à Kampala, en Ouganda, et transféré le lendemain au centre de détention du TPIR à Arusha (Tanzanie).

Le TPIR recherche encore dix accusés dont l'ex-ministre de la Défense, Augustin Bizimana, et l'ancien commandant du bataillon de la Garde présidentielle (GP), le major Protais Mpiranya.

ER/GF

© Agence Hirondelle