19.04.2004 - TPIR/MILITAIRES I - BAGOSORA AURAIT AUTORISE LA DISTRIBUTION D'ARMES PENDANT LE GENOCID

Arusha, le19 avril 2004 (FH)- Un témoin du parquet entendu par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a affirmé lundi que l'ancien directeur de cabinet au ministère de la défense, le colonel Théoneste Bagosora, a autorisé la distribution D'armes à feu aux autorités civiles et militaires pendant le génocide anti-tutsi en 1994.

Le témoin protégé "KJ" était gendarme à Kibuye (ouest du Rwanda) en avril 1994.

1 min 33Temps de lecture approximatif

Il a rapporté qu'il avait pris connaissance D'un document autorisant la livraison D'armes, alors qu'il se rendait en mission à Kigali.

Le document avait été signé par Bagosora, a allégué le témoin, expliquant que certaines autorités s'étaient rendues à Kibuye à plusieurs reprises entre avril et juillet 1994 pour s'approvisionner en armes.

KJ est le cinquante sixième témoin à charge dans le procès dit "Militaires I" qui concerne Bagosora et trois autres hauts gradés des ex-Forces armées rwandaises (FAR).

Le témoin a cité, parmi les dirigeants qui avaient reçu ces armes, Mathieu Ngirumpatse, ancien président de l'ex-parti présidentiel, le Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND), le général Augustin Ndindiliyimana, ancien chef D'Etat major de la gendarmerie, et Eliézer Niyitegeka, ancien ministre de linformation.

Ngirumpatse est jugé devant le TPIR avec trois autres anciens dignitaires, tandis que Ndindiliyimana attend le début de son procès. Quant à Niyitegeka, il a été condamné à la prison par le TPIR en première instance le 15 mai 2003. Son procès en appel a été fixé mercredi et jeudi prochains.

Bagosora est co-accusé avec l'ancien responsable des opérations militaires à l'Etat major de l'armée, le général de brigade Gratien Kabiligi, l'ancien commandant de la région militaire de Gisenyi (ouest du Rwanda), le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva, ainsi que l'ancien commandant du bataillon para-commando de Kanombe (Kigali), le major Aloys Ntabakuze.

Le parquet allègue qu'ils ont joué un rôle de premier plan dans la planification et l'exécution du génocide et des massacres qui ont fait un million de morts entre avril et juillet 1994. Tous les accusés plaident non coupable.

Ce procès dit " Militaires I" se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR, présidée par le juge norvégien Erik Mose, assisté des juges russe Serguei Egorov et fidjien Jai Ram Reddy. KJ poursuivra sa déposition mardi.

GA/SV/AT/GF/FH (Ml''0419A)