31.03.2004 - TPIR/MILITAIRES I - UN TEMOIN VICTIME D'UN MALAISE INTERROMPT SA DEPOSITION

Arusha, le 31 mars 2004 (FH)- Le parquet a cité un témoin en stand-by à la suite D'un malaise éprouvé par un autre mercredi dans le procès de quatre hauts gradés des ex-Forces armées rwandaises (FAR) en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

La chambre a suspendu la déposition de " LN" au motif que "il ne se sentait pas bien" et autorisé la comparution de " DBN ", tous des témoins protégés.

1 min 40Temps de lecture approximatif

Mardi, le procureur avait exprimé des inquiétudes au sujet de l'état de santé de LN, révélant que c'est un handicapé confiné dans une chaise roulante.

Comme bon nombre de témoins ayant déposé précédemment dans cette affaire, DBN a allégué que l'ancien commandant du bataillon para-commando de Kanombe (Kigali), le major Aloys Ntabakuze, un des accusés dans ce procès, avait appelé ses hommes à faire la chasse aux Tutsis après l'attentat contre l'avion du président Juvénal Habyarimana dans la nuit du 6 avril 1994.

l'officier aurait lancé cet appel dans la matinée du 7 avril. l'ancien directeur de cabinet au ministère de la défense, le colonel Théoneste Bagosora, un autre co-accusé, serait arrivé juste après la réunion que venait de tenir Ntabakuze à lintention de son unité délite.

Le témoin a relaté que quelques instants plus tard, des coups de feu et des explosions de grenades ont été entendus dans le quartier Akajagari près du camp Kanombe. En sortant pour ravitailler des militaires en faction à la résidence du président Habyarimana, également située à proximité du camp, DBN a affirmé avoir aperçu des cadavres qui jonchaient le quartier.

"Des militaires qui vivaient avec moi [au camp Kanombe] chargeaient les corps dans un véhicule de la commune Kanombe ", a-t-il affirmé.

Bagosora et Ntabakuze sont co-accusés avec l'ancien responsable des opérations militaires à l'Etat major de l'armée, le général de brigade Gratien Kabiligi, et l'ancien commandant de la région militaire de Gisenyi (ouest du Rwanda), le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva.

Accusés notamment de génocide, D'entente en vue de commettre le génocide et de crimes de guerre, tous les accusés plaident non coupable.

Ce procès dit " Militaires I" se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par le juge norvégien Erik Mose, assisté des juges russe Serguei Egorov et fidjien Jai Ram Reddy. Jeudi, la chambre entendra le reste du témoignage de LN avant de poursuivre avec celui de DBN.

GA/AT/GF/FH (Ml''0331A)