04.11.2003 - TPIR/GOUVERNEMENT I - l'AVOCAT D'UN EX-MINISTRE SOUHAITE SE RETIRER POUR DES RAISONS DE

Arusha, le 4 novembre 2003 (FH) - Me Didier Skornicki, avocat français de l'ancien ministre rwandais de l'intérieur Edouard Karemera, souhaite son remplacement pour des raisons de santé, a-t-on appris mardi à Arusha.

Me Skornicki a déclaré à l'agence Hirondelle qu'il nécessite un traitement de plusieurs mois en Europe et qu'il lui serait par conséquent impossible de suivre le procès de son client qui s'ouvre le 26 novembre.

1 min 15Temps de lecture approximatif

Edouard Karemera est accusé de génocide et de crimes contre l'humanité conjointement avec trois autres personnalités rwandaises dans le cadre D'un procès communément appelé "gouvernement I".

Ses coaccusés sont deux anciens responsables de l'ex-parti présidentiel, le Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND), Matthieu Ngirumpatse et Joseph Nzirorera, ainsi que l'ancien ministre de l'enseignement primaire et secondaire dans le gouvernement intérimaire en place pendant le génocide, André Rwamakuba.

Me Skornicki a cependant expliqué qu'il se retirera à la seule condition que son client reçoive des défenseurs de son choix.

Edouard Karemera a demandé à être défendu par le professeur Jean-Pierre Fofe (Congo démocratique) et l'avocat canadien Me René Martel. Les deux ont été co-conseils dans des affaires aujourD'hui en délibéré au TPIR.

Le professeur Fofe a défendu l'ancien commandant de Karambo à Cyangugu (sud-ouest du Rwanda), Samuel Imanishimwe, Me Martel, l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, accusé dans le procès des."médias de la haine".

Me Skornicki a indiqué qu'en tenant compte des habitudes bureaucratiques du greffe du TPIR, il espérait que ses remplaçants auront été nommés D'ici la fin du mois.

l'avocat sortant compte faire la déclaration liminaire à l'ouverture du procès pour définir la stratégie générale de la défense, avant de passer le relais à ses successeurs.

Me Didier Skornicki n'écarte pas la possibilité de reprendre le dossier, après son traitement.

AT/GF/FH (GVI'1104A)