03.09.2003 - TPIR/MILITAIRES I - PROCES UNE NOUVELLE FOIS REPORTE FAUTE DE TEMOINS A CHARGE

Arusha, le 3 septembre 2003 (FH) - Le procès de quatre hauts gradés des ex-Forces armées rwandaises (FAR) en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a été une nouvelle fois ajourné mercredi en fin de matinée, faute de témoins de l'accusation, a constaté l'agence Hirondelle.

Les débats ont été suspendus jusqu'à jeudi matin, au terme de l'audition du douzième témoin à charge.

1 min 31Temps de lecture approximatif

La même situation s'était produite lundi dernier à la reprise du procès; les juges avaient reporté la séance au lendemain.

La représentante américaine du parquet, Barbara Mulvaney, a indiqué qu'un groupe de témoins devrait arriver à Arusha mercredi soir.

Le douzième témoin de l'accusation, une dame dénommée "AS" pour des raisons de sécurité, a été entendu en grande partie à huis clos. Mme AS a témoigné contre un seul des accusés, l'ancien commandant de la région militaire de Gisenyi (ouest du Rwanda), le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva.

Au cours des rares moments de sa déposition en public, Mme AS est restée trop générale sur le rôle présumé D'Anatole Nsengiyumva dans des massacres de Tutsis à Gisenyi, malgré une demande insistante D'éclaircissements de la part de la défense.

Anatole Nsengiyumva est représenté par les avocats kenyans Me Kennedy Ogetto et Me Otachi Bw'omwanwa.

Me Otachi Bw'omwanwa s'est, à un moment donné, étonné du fait que ce témoin, qui a vécu à Gisenyi pendant sept ans, n'ait pas été en mesure D'indiquer les différentes autorités politiques, administratives et militaires en fonction à l'époque, jetant ainsi le doute sur sa crédibilité.

Anatole Nsengiyumva est co-accusé avec l'ancien directeur de cabinet au ministère de la défense, le colonel Théoneste Bagosora, l'ancien responsable des opérations militaires à l'Etat major de l'armée, le général de brigade Gratien Kabiligi, ainsi que l'ancien commandant du bataillon para-commando de Kanombe (Kigali), le major Aloys Ntabakuze.

Ils sont poursuivis pour notamment conspiration en vue du génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre. Ils plaident non coupable.

Ce procès dit "Militaires I" se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR, présidée par le juge norvégien Erik Mose, assisté des juges russe Serguei Aleckseievich et fidjien Jai Ram Reddy.

GA/AT/GF/FH (Ml'0903A)