22.08.2003 - TPIR/MEDIAS - PROCES MIS EN DELIBERE APRES PRES DE TROIS ANS DE DEBATS

Arusha, le 22 août 2003 (FH) - Le procès de trois Rwandais poursuivis pour utilisation des médias à des fins de génocide a été mis en délibéré vendredi après près de trois ans de débats devant la première chambre du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Les accusés sont deux initiateurs de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana et Jean-Bosco Barayagwiza, ainsi que l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze.

1 min 18Temps de lecture approximatif

Le procureur affirme que ces médias visaient un objectif commun: la promotion de l'idéologie hutue extrémiste et l'incitation à la haine et la violence contre les Tutsis. Le procureur a requis la prison à vie contre les trois accusés.

Les avocats, de leur côté, indiquent que le procureur n'a pas prouvé au-delà de tout doute raisonnable la culpabilité des accusés et plaident l'acquittement. La défense réfute l'ensemble des témoignages à charge, dont elle dénonce "l'extrême fragilité, quand ce n'est pas l'extrême dangerosité, non pas pour l'accusé, mais pour la justice".

Ferdinand Nahimana, 53 ans, est représenté par l'avocat français Me Jean-Marie Biju-Duval et une consoeur anglaise, Me Diana Ellis, Hassan Ngeze, 46 ans, par l'avocat américain Me John Floyd et un confrère canadien Me Rene Martel et Jean-Bosco Barayagwiza, 50 ans, par l'avocat italien Me Giacomo Barletta Caldarera.

Jean-Bosco Barayagwiza boycotte son procès depuis son ouverture le 23 octobre 2000, alléguant que le TPIR est manipulé par le gouvernement rwandais.

Ferdinand Nahimana et Jean-Bosco Barayayagwiza ont été arrêtés au Cameroun le 26 mars 1996, Hassan Ngeze au Kenya le 18 juillet 1997.

Le parquet a cité quarante-sept témoins dans cette affaire, la défense quarante quatre.

Le procès des médias se déroule devant l'ancienne première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay, et comprenant en outre les juges norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana.

AT/GF/FH/(ME'0822B)