04.03.2003 - TPIR/MEDIAS - PROCES REPORTE EN RAISON DE l'INDISPONIBILITE D'UN JUGE

Arusha, le 4 mars 2003 (FH) - Le procès de trois Rwandais poursuivis pour utilisation des médias à des fins de génocide a été reporté de vingt-quatre heures, en raison de l'indisponibilité D'un des juges, a-t-on constaté mardi au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Suspendu le 31 janvier dernier, le procès avait repris lundi en présence seulement de deux juges, sur les trois qui composent la chambre.

1 min 8Temps de lecture approximatif

Le juge norvégien Erik Mose était en déplacement.

Mardi, la chambre s'est trouvée dans l'impossibilité de siéger puisque l'un des deux juges restants est tombé malade.

Les parties ont été convoquées pour mercredi matin, jour prévu pour le retour du juge Mose.

Le procès des médias concerne l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, ainsi que deux responsables présumés de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana et Jean-Bosco Barayagwiza.

La chambre entend actuellement les témoins de la défense de Ngeze. Il vient D'en citer treize sur la cinquantaine annoncée.

Ferdinand Nahimana a été le premier à faire comparaître des témoins. Il en a terminé avec les témoins des faits, il lui reste à présenter des témoins experts.

Jean-Bosco Barayagwiza, quant à lui, boycotte ce procès depuis son ouverture sur le fond en octobre 2000, alléguant que le TPIR est "manipulé par le
gouvernement rwandais". Il est représenté par des avocats qu'il ne reconnaît pas.

Le procès des médias se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et comprenant, outre le juge Mose et le juge sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana.

AT/CE/GF/FH (ME'0304A)