12.11.2001 - TPIR/BUTARE - UN EX-PREFET AURAIT DONNE l'ORDRE DE TUER LES TUTSIS

Arusha, le 12 novembre 2001(FH) - l'ex-préfet de Butare (sud du Rwanda) Alphonse Nteziryayo, aurait donné l'ordre de tuer les Tutsis, a affirmé un témoin de l'accusation, lundi, dans le procès de six personne accusées de crimes commis dans cette préfecture, en cours devant le Tribunal international pour le Rwanda(TPIR).

"Je l'ai vu [Nteziryayo] dire aux miliciens de saisir un Tutsi qui prenait un verre à l'hôtel Ibis, et de le conduire dans la forêt de Kabutare où les autres Tutsis étaient tués" a déclaré le témoin, désigné sous le pseudonyme "QJ" pour préserver son identité.

1 min 39Temps de lecture approximatif

Sont concernés par le procès Butare, outre l'ex-préfet Alphonse Ntaziryayo, son prédécesseur Sylvain Nsabimana , l'ancien ministre de la famille et de la promotion féminine Pauline Nyiramasuhuko, son fils Arsène Shalom Ntahobali, et les ex-maires de Ngoma et de Muganza, respectivement Joseph Kanyabashi et Elie Ndayambaje.

M "QJ", un Tutsi dont toute la famille a été décimée en 1994, a affirmé que Nteziryayo qui a succédé à Nsabimana en juin 1994, supervisait les activités des Interahamwe [miliciens de l'ex-parti présidentiel MRND] qui logeaient à l'hôtel Ibis comme l'accusé lui-même.

Le témoin qui a commencé sa déposition jeudi dernier, en grande partie à huis clos, a par ailleurs déclaré avoir vu Pauline Nyiramasuhuko, à bord D'un véhicule transportant des miliciens avec pour objectif D'enlever certaines familles des Tutsis réfugiés au bureau préfectoral.

"Les Tutsi enlevés étaient conduits dans la forêt de Kabutare, où ils étaient exécutés par balles. On entendait des coups de feu toute la journée dans cette forêt " a affirmé QJ.

Le témoin a en outre affirmé qu'il a vu l'ex-maire de Ngoma plusieurs fois sur des barrages routiers érigés dans la ville de Butare. Joseph Kanyabashi aurait, vers le mois de juin 1994, circulé dans la ville à bord D'un véhicule, en appelant à la chasse des Tutsis.

A la suite de son appel, "On a fouillé dans les maisons et dans les buissons partout dans la ville et ses environs [...] On utilisait des sifflets et des tirs en l'air pour terroriser ceux qui se cachaient, et dès que quelqu'un était débusqué il était tué sur le coup" a déclaré le témoin.

Le procès se déroule devant la deuxième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge tanzanien William Hussein Sekule, et composée en outre des juges malgache Arlette Ramaroson et lesothan Matanzima Maqutu.
BN/AT/FH(BT_1112A)