20.03.2001 - TPIR/MEDIAS - LE TRIBUNAL DEPLORE l'IMPREPARATION DU PARQUET

Arusha 20 mars 2001(FH) - Le Tribunal a déploré le manque de préparation manifesté par le parquet au cours D'une audience dans le procès des médias mardi après midi à Arusha.

Le parquet devait citer son treizième témoin mais les parties ont passé trois quarts D'heure à débattre sur le fait qu'il fallait ou non qu'il dépose dans l'anonymat pour le protéger.

1 min 43Temps de lecture approximatif

Le parquet a fait des déclarations contradictoires sur son statut jusqu'à ce qu'un agent du greffe apporte un document contenant des informations dont avait besoin la cour.

Les juges ont constaté que la protection de ce témoin avait été ordonnée le 13 juillet 2000 tandis que le parquet avançait tantôt que la décision remontait à une date antérieure, tantôt qu'il fallait lui accorder des mesures de protection séance tenante.

"Nous sommes déçus du fait que le procureur fasse preuve de manque de préparation", a déclaré le président de la chambre, la juge sud-africaine Navanethem Pillay, enjoignant au parquet de "s'assurer qu'une situation comme celle-ci ne se répète pas, puisque des situations comme celles-ci peuvent être évitées".

Le parquet est représenté dans cette affaire par le Camerounais William Egbe, l'Ivoirien Alphonse Van, la kenyane Charity Kagwi et l'Américaine Simone Monasebian, qui étaient tous présents.

Le Tribunal a décidé que le témoin commencera sa déposition mercredi matin, suite à ce contretemps.

Le procès des médias concerne l'ancien promoteur de la Radio-télévision libre des mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana, l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, ainsi que l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze.

Le procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR comprenant outre la juge Pillay, le juge norvégien Erik Mose et le juge sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana.

Le témoin sera désigné par le pseudonyme "AAG" pour protéger son anonymat. l'avocat béninois, Me Alfred Pognon, co-conseil dans l affaire Barayagwiza, avait D'abord insisté pour que son anonymat soit levé parce qu'il a, selon lui, témoigné plusieurs fois devant les tribunaux rwandais et à visage découvert.

Me Pognon entendait s'élever contre une protection basée sur "des craintes parfois injustifiées" et qui pouvait "faire échec à la manifestation de la vérité."

Me Pognon assiste l'avocat italien Me Giacomo Barletta Caldarera dans l'affaire Barayagwiza. Les deux avocats n'ont jamais rencontré leur client qui boycotte ce procès depuis son ouverture sur le fond le 23 octobre 2000.

AT/MBR/FH (ME_0320B)