13.02.2001 - TPIR/CYANGUGU - ALLEGATIONS DE VIOL IRRECEVABLES SELON LA DEFENSE

Arusha 13 février 2001 (FH) - Le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) a entamé mardi après-midi à Arusha, devant la troisième chambre de première instance, l'audition du vingt-deuxième témoin de l'accusation dans le procès de trois anciens notables accusés de génocide et de crimes contre l'humanité commis en préfecture de Cyangugu (sud-ouest du Rwanda).

Les accusés sont l'ancien ministre des transports et communications sous le gouvernement intérimaire, André Ntagerura, l'ancien préfet de Cyangugu, Emmanuel Bagambiki, et l'ancien commandant de la garnison militaire de la place, le lieutenant Samuel Imanishimwe.

0 min 53Temps de lecture approximatif

Le vingt-deuxième témoin de l'accusation, désigné par les lettres "LBH" pour protéger son anonymat, a notamment accusé l'ancien préfet Bagambiki D'avoir sélectionné, sur base D'une liste préétablie, parmi les Tutsis réfugiés au stade de Cyangugu des individus qui ont été par la suite tués.

Les Tutsis sélectionnés étaient conduits à Gatandara où ils étaient massacrés à coup de machettes par des militaires et des miliciens, a dit le témoin. Le témoin a également évoqué des actes de viol qui auraient été commis au stade.

l'avocat camerounais, Me Georges So'o, co-conseil dans l'affaire Imanishimwe, s'est élevé contre ces allégations de viol, arguant qu'elles ne figurent pas dans l'acte D'accusation. Le Tribunal a promis D'examiner cette question mercredi.

AT/MBR/FH (CY_0213A )